Une ambassade plus verte

Une démarche d’efficacité énergétique

JPEG

  • Fin 2007 : l’ ADEME réalise avec le consultant Energies Demain un audit de l’efficacité

énergétique du palais Thott, siège de l’ambassade de France, dont les conclusions sont

rendues en janvier 2008.

  • Début 2008 : l’ambassade s’engage dans la mise en œuvre de mesures progressives de

réduction : remplacement des ampoules sous abat jour par des ampoules fluo compactes,

travail sur les équipements informatiques, remplacement des équipements ménagers

obsolètes par des équipements plus économes (classe A), inflexion des comportements.

  • 17 mars 2009 : signature avec Elsparefonden, l’Agence danoise chargée de promouvoir la

réduction de la consommation d’électricité, d’un accord par lequel l’ambassade s’engage à

réduire sa consommation d’électricité de 15% de début 2008 à fin 2012 et à la rendre

publique.

  • Eté 2009 : installation d’un système contrôle commande lors de la rénovation électrique du

palais.

  • Septembre 2009 : entrée dans le club des « front runner » de Klima+, initiative de la Mairie de

Copenhague, et engagement d’une démarche de progrès sur la réduction des émissions de

CO2, déjà entamée sur les transports urbains. Le programme de travaux prévu à terme

(chauffage et isolation), devrait permettre des progrès notables sur les émissions de CO2.

De facto, en octobre 2009, l’ambassade consomme 16% de moins d’électricité qu’en octobre

2007 et 4% de moins qu’en octobre 2008. Les économies réalisées

permettent de financer

l’acquisition de matériel et de compléter la démarche en 2010 notamment sur le tri des

déchets.

Une lumière esthétique et économe en CO2

JPEGLa recherche d’ampoules basse consommation pour les lustres,

appliques et torchères des salons de réception XVIIIème siècle du Palais

Thott devait concilier efficacité énergétique, esthétique, qualité de lumière

et usage de variateurs, en compromettant le moins possible sur les trois

derniers critères afin de pouvoir étendre la démarche dans d’autres

bâtiments historiques. Les ampoules actuelles fluocompactes et LED ne

permettent pas aujourd’hui de remplir tous ces critères.

Un partenariat a été conclu avec la société Girard- Sudron , PME

française spécialiste des ampoules décoratives. Le choix a été fait d’

ampoules halogènes à 30% d’économies d’électricité, anti UV, de forme

« coup de vent », permettant l’usage de variateurs. L’emploi d’ampoules

LED, protectrices des couleurs, 80% d’économies d’électricité, a été

réservé à des éclairages ponctuels tel celui de la plus belle tapisserie du

Palais et celui d’ampoules SMD forme Grand Siècle à des éclairages

légers.

Ces choix correspondent à une démarche de progrès, permettant d’ores

et déjà 30% de réduction de la consommation d’électricité dédiée à l’éclairage en conciliant

les contraintes, anticipant l’interdiction des ampoules incandescentes de

ce type en 2012. L’évolution rapide des technologies et des produits

devrait ouvrir dans les 5 ans d’autres possibilités.

Projets

Un partage d’expérience

avec les ambassades

de France confrontées

aux mêmes contraintes

et un atelier « bâtiments

historiques et éclairage

basse consommation »

entre Français et Danois

JPEG

Dernière modification : 27/07/2012

Haut de page