Réunion d’amorçage : Premier workshop scientifique franco-danois sur les drones [da]

Le développement et l’utilisation des drones connaissent un intérêt croissant. Les académiques et industriels souhaitent développer cette technologie et ses applications potentielles, tout en veillant aux défis sociétaux et éthiques qu’ils représentent.

JPEGLe gouvernement danois a ainsi prévu de développer des systèmes de surveillance et de communication pour le Groenland. En effet, le réchauffement climatique accroit l’accessibilité de la zone arctique, et les activités scientifiques et économiques (l’extraction des ressources naturelles ou le transport maritime) se multiplient. Les drones peuvent donc répondre à certains besoins sous ces latitudes : mission de sauvetage (communément appelé SAR « Search And Rescue »), tourisme, surveillance environnementale ou inspection maritime…

En octobre 2014, l’Université Technologique du Danemark (DTU) a établi un centre dédié aux drones « DTU Space DroneCenter » afin de mettre en synergie les différents départements de la DTU et des parties prenantes extérieures. Le centre a pour intérêt principal la navigation haute précision et l’utilisation des drones dans les infrastructures arctiques, et semble être une plateforme de recherche idéale lorsque les ressources humaines sont réduites.

Le DTU Space Drone Center et l’Institut français du Danemark/Ambassade de France ont organisé le premier workshop franco-danois sur les drones. Cette réunion dite « d’amorçage » avait pour but de faire se rencontrer les communautés scientifiques des deux pays pour échanger sur des intérêts commun voire établir des collaborations académiques.

Le 26 et 27 février, les experts danois et français ont exposé les domaines d’expertises des laboratoires auxquels ils sont rattachés (Ecole Nationale d’Aviation Civile, LAAS, ONERA, LaBRI, Institut Supérieur de l’Aéronautique et de l’Espace, DTU, Université d’Aarhus…). Les thématiques, très techniques, se sont articulées autour de l’Arctique, des communications longues distances, vols en essaims ou encore de l’autonomie décisionnelle embarquée. Des représentants du Ministère Danois de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et l’office pour le financement de la recherche de la DTU ont présenté les programmes de coopération européens tels que COST (« European Cooperation in Science and Technology ») et Horizon 2020. Enfin, on peut noter la présence du directeur technique d’Infotron (division drone du groupe ECA).

JPEGLe workshop s’est déroulé au Skylab de la DTU (sorte de « fab-lab », qui sur une surface de près de 1000 m² comporte de nombreux ateliers technologiques libres d’accès aux étudiants ingénieurs futurs entrepreneurs) et s’est clos par un échange fructueux entre étudiants et chercheurs. Un groupe d’étudiants a ainsi expliqué par quel système de drone ils souhaitent indiquer les directions à suivre à la foule du festival de Roskilde et empêcher ainsi les mouvements imprévisibles et dangereux. De nombreux étudiants se sont montrés enclins à faire un séjour universitaire dans certains des laboratoires français représentés au workshop.

Ce workshop a ainsi permis de connecter les deux communautés avec succès. On peut d’ores-et-déjà indiquer leur participation commune à un projet d’action COST européen, et des futures échanges universitaires entre la DTU et l’ENAC ou le laBRI L’idée de l’organisation d’un second workshop en France a été proposée, et augure d’une collaboration étroite et sur le long terme.

Crédit photo : Parrot

Dernière modification : 26/03/2015

Haut de page