La coopération militaire franco-danoise

La France et le Danemark ont une coopération militaire particulièrement active et de qualité dans de nombreux domaines.

Les opérations militaires

La coopération sur les théâtres de Bosnie et d’Albanie dans les années 90 a été un véritable révélateur de l’excellente aptitude des soldats français et danois à œuvrer ensemble en opérations. Après ces premiers succès, un bataillon danois (deuxième plus gros contingent en opérations extérieures avec 340 soldats) est subordonné à la Task Force Nord, sous commandement français, à Mitrovica, Kosovo. En retour, une compagnie française est subordonnée au bataillon danois. Les compagnies française et danoise sont hébergées ensemble sur le camp danois Olaf Rye. Cette coopération opérationnelle perdure depuis 1999 à la grande satisfaction des deux parties. Etant désormais principalement dévolues aux opérations extérieures, les forces armées danoises sont intéressées par l’expérience de la France, dont le savoir-faire, surtout dans les opérations en Afrique, est reconnu. Outre le Kosovo, on retiendra des échanges fructueux concernant nos engagements communs en Afghanistan entre les états-major des deux pays.

Dans l’Océan Indien, le Danemark a pris la relève de la France en février 2008 pour assurer l’escorte des batiments du Programme Alimentaire Mondial (ONU) vers la Somalie. Dans le domaine de la lutte contre la piraterie, la France et le Danemark participent à des actions communes au sein de l’OTAN ou à des opérations spécifiques comme l’Opération Enduring Freedom (la TF 150, opération navale de OEF, a été commandée par le Danemark de septembre 2008 à janvier 2009). Les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDJ) contribuent d’une façon significative au soutien logistique des forces navales danoises déployées au large de la Somalie.

OTAN : retour de la France dans la structure de commandement et ses conséquences au Danemark

Le retour de la France dans le commandement militaire intégré de l’OTAN en avril 2009 a été salué par l’ensemble de la classe politique et par les médias danois. Le Ministre de la Défense Søren Gade s’est félicité de voir le 3ème contributeur aux opérations de l’OTAN rejoindre cette structure. Il a, dans ce cadre, chaleureusement accueilli la décision d’envoyer à partir du printemps 2010 une vingtaine de militaires français au CAOC1 (NATO Combined Air Operational Center) à Finderup dans le Jutland.

Le développement de l’interopérabilité

Il existe de très nombreuses actions de coopération en faveur du développement de l’interopérabilité (réunions sur la surveillance maritime, sur les actions des gardes côtes et les capacités amphibies pour le domaine maritime) et un accroissement global du nombre de stagiaires dans le domaine de la formation des officiers : participation de deux officiers danois au stage d’entraînement en forêt équatoriale en Guyane française, participation danoise au Collège interarmées de défense, échanges d’élèves officiers entre Saint Cyr et l’Académie Royale, séjour régulier d’un élève officier de Saint Cyr au Danemark dans le cadre des études internationales du semestre 5, échanges et exercices organisés dans les eaux danoises et à Copenhague pour les élèves officiers de l’Ecole Navale et de l’Académie Royale Navale comme lors de l’escale à Copenhague en juin 2009.

Un engagement danois accru en faveur de la paix en Afrique

La réorientation de la politique africaine danoise (interdépendance de la sécurité et de l’aide au développement) et la volonté de s’engager plus avant en faveur de la paix sur ce continent ont permis plusieurs coopérations avec la France (mise en place d’un instructeur pour deux ans et d’une contribution financière à l’Ecole de maintien de la paix de Bamako (Mali), participation occasionnelle d’un instructeur au stage de planification opérative au Kofi Annan International Peacekeeping Training Center d’Accra (Ghana), participation régulière aux exercices RECAMP (Renforcement des Capacités Africaines au Maintien de la Paix)).

L’Arctique

L’Arctique, domaine stratégique pour le Danemark, est également un sujet que la France suit activement et pour lequel elle manifeste un grand intérêt. Sa position d’observateur permanent du Conseil arctique permet à la France de se tenir informée des évolutions touchant cette région.

Par ailleurs, l’escale à Nuuk en 2008 de la frégate Tourville, l’un des plus grands bâtiments de la Marine française, reflète l’importance qu’accorde la France à cette partie du territoire danois.

L’ouverture sur les débat d’idées et les échanges d’information

Les Danois, malgré leur dérogation aux aspects militaires de la PESD, souhaitent rester informés sur les évolutions de l’Europe de la défense et les positions françaises en matière de sécurité et de défense. Cette volonté donne lieu à des échanges réguliers entre les états-majors des armées danoises et françaises. La Présidence française de l’Union Européenne au 2ème semestre 2008 a permis la visite de M. Jacques Audibert, Directeur des Affaires Stratégiques du ministère des Affaires Etrangères ou encore M. Frédéric Charillon, Directeur des Etudes de la Défense, dont les interventions sur la PESD ont été très appréciées.

L’OTAN devient également un domaine d’échange d’information prometteur. La conférence du général de corps d’armée Pascal Vinchon, chef de la représentation militaire française à l’OTAN, invité lors des NATO Days organisés en mai 2009 à l’Académie militaire royale de Copenhague, reflète l’intérêt des Danois pour la vision française.

Le domaine du débat d’idées semble offrir des perspectives intéressantes. Des actions de coopération entre laboratoires d’idées ont été engagées avec un certain nombre de conférences de chercheurs français au Danish Institute for International Studies et au Danish Institute for Military Studies.

Enfin, dans le cadre des échanges d’informations, des réunions ont eu lieu dans des domaines aussi variés que celui du droit international (rencontre entre juristes français et danois de la Défense et des Affaires Etrangères sur la lutte contre la piraterie en février 2009) ou encore de la communication opérationnelle (séminaire entre Délégations à l’Information et à la COmmunication Défense (DICOD) en avril 2009).

Dernière modification : 02/08/2012

Haut de page