La Quinzaine nordique n°89

La Quinzaine nordique est réalisée par le Service économique régional deux fois par mois. Elle rassemble des brèves économiques et financières sur les cinq pays nordiques.

Pays Nordiques

PNGCommerce. Les échanges de biens franco-nordiques ont atteint 23 894 M€ en 2014, soit une baisse de près de 9 % par rapport à 2013 (26 156 M€). La Suède reste le premier marché de la zone avec 10 566 M€ d’échanges de biens (44 % du total), suivie par le Danemark avec 5 005 M€ (21 % des échanges), la Norvège (4 700 M€, soit 20 % des échanges), la Finlande (3 335 M€, soit 14 % des échanges) et l’Islande (288 M€, soit 1 % des échanges). La Suède reste de loin le premier pays client de la France de la zone (4 952 M€, soit plus de 47 % de nos exports), contre 2 421 M€ vers le Danemark (23 % de nos exports), 1 603 M€ vers la Norvège (15 % de nos exportations), 1 437 M€ vers la Finlande (14 % de nos exportations) et 64M€ vers l’Islande. Le déficit commercial de la France avec les pays nordiques s’est réduit de moitié en un an, à savoir de 5 794 M€ en 2013 à 2 940M € en 2014. Cette amélioration s’explique en grande partie par la forte baisse de nos importations (de 15 975 M€ à 13 417 M€, soit -16 %), notamment celles d’hydrocarbures en provenance de Norvège, mais aussi partiellement par la progression de nos exportations de 10 181 M€ à 10 477 M€ (+3 %), notamment vers la Norvège (+8 %) et la Suède (+6 %).

Métropoles connectées. Selon le dernier classement Networked Society City Index 2014 publié par le groupe suédois Ericsson, qui fait état de la qualité des équipements de TIC dans 40 des plus grandes villes du monde et de leurs effets sur l’innovation, sur la vie des habitants et des entreprises, et sur l’esprit d’entreprendre de manière générale, Stockholm resterait la ville la mieux connectée au monde devant Londres et Paris. Parmi les autres grandes villes nordiques, Copenhague arrive au 5ème rang, Helsinki au 6ème et Oslo au 8ème rang.

Danemark

Investissements. Le groupe aéronautique américain Boeing a inauguré lundi 16 mars un atelier de 7500 m² à l’aéroport de Copenhague (Kastrup), son tout premier dans la zone nordique.

Commerce Extérieur. Le principal syndicat patronal danois, Dansk Industri, prévoit que les exportations danoises vers les Etats-Unis et la Chine augmenteront fortement en 2015 (+11,5 % vers la Chine et +5,4 % vers les Etats-Unis en 2014). Selon DI, la Chine, qui n’était que le 10ème client du royaume en 2011, atteint le 8ème rang aujourd’hui et devrait atteindre le 6ème rang en 2015, dépassant ainsi les Pays-Bas et la France. Quant aux Etats-Unis, ils devraient conforter leur 4ème place du classement qu’ils ont prise à la Norvège en 2014. Ainsi, les exportations à destination de l’UE baissent (-3 % en 2014) tandis qu’elles augmentent vers le reste du monde (+6 %), poursuivant le rééquilibrage géographique du commerce extérieur danois. DI se dit optimiste pour les perspectives d’exportations en 2015.

Finlande

Mines. Le fonds d’investissement britannique Audley Capital Advisors a annoncé, jeudi 12 mars, avoir signé un accord conditionnel pour l’achat des actifs de la société minière Talvivaara. La filiale de Talvivaara, qui détient les actifs miniers de la société, avait demandé l’année dernière à être placée sous la protection de la loi sur les faillites, après la chute des prix du nickel, des problèmes de production répétés et des problèmes environnementaux. Le consortium mené par Audley prendrait 85 % des parts de la filiale, tandis que l’Etat finlandais détiendrait les 15 % restants, à travers sa société à finalité spécifique Terrafame Ltd. Le prix de l’accord n’a pas été rendu public mais la Finlande a précisé qu’environ 200 M€ seraient injectés pour redémarrer la mine. Le gouvernement a néanmoins signalé que la conclusion de l’accord avec Audley dépendrait du règlement des questions de permis et de modalités financières. Cet accord, s’il aboutissait, pourrait préserver in fine quelque 700 emplois.

Fortum. L’énergéticien a annoncé vendredi avoir conclu la vente de ses activités de distribution d’électricité en Suède 900 000 clients et 17 % de PdM) à un consortium emmené par le canadien Borealis pour environ 6,6 Mds€. Le consortium comprend le canadien Borealis Infrastructure (50% du consortium), la première compagnie suédoise d’assurances Folksam (17,5%) et les deux fonds de réserve de retraite (Tredje AP-fonden 20% et Första AP-fonden 12,5%). L’opération permet à Fortum d’achever son désengagement du marché de la distribution dans le Nord de l’Europe, après la cession de ses activités dans ce domaine en Finlande et en Norvège (pour un montant de 2,9 Mds€). Le prix de vente en Suède correspond à une valorisation équivalente à celle retenue pour la vente des activités finlandaises en 2013. Fortum a précisé attendre une plus-value de cette vente d’environ 4,4 Mds€. Le groupe, contrôlé à 50,8% par l’Etat finlandais, n’a pas précisé comment il utiliserait le produit de la vente mais a dit vouloir privilégier aujourd’hui la production d’électricité.

Train. Le groupe VR, unique opérateur ferroviaire de transport de passagers en Finlande, avait lancé en juin 2014 un appel d’offres européen pour la fourniture de trains inter-cités, soit 46 wagons avec une option pour 185 wagons supplémentaires. Il a annoncé le 17 mars dernier qu’à la suite de cet appel d’offres, il allait commander 27 voitures passagers (dont 10 wagons double-étages) au fabricant local Transtech Oy, pour un montant total de 90 M€. Ces nouvelles voitures viendront remplacer le matériel datant des années 1970 et 1980 des trains InterCity. Le groupe VR a lancé un important programme d’investissements à horizon 2030 et a ainsi récemment acquis de nouvelles locomotives électriques (Siemens) ainsi que des wagons restaurants et voitures-pilotes (Transtech Oy).

Islande

UE. Le ministre islandais des Affaires étrangères a remis à la présidence lettone de l’UE une lettre qui annonce que « le gouvernement islandais ne souhaite pas reprendre les négociations en vue de l’adhésion » suspendues en 2013 et qui demande à la Commission de « ne plus considérer l’Islande comme un pays candidat ».

Conjoncture. La croissance du PIB s’est établie à +1,9 % en 2014, après +3,6 % en 2013 et l’inflation se situait à 0,8 % en glissement annuel en février 2015. La Banque d’Islande attribue la désinflation de ces derniers mois à des facteurs externes (appréciation de la devise, baisse des prix pétroliers…) et estime que l’activité va accélérer dans les mois à venir. Dans ce contexte, elle a décidé de maintenir son taux directeur inchangé à 4,5 %, et indique qu’elle serait prête à le relever si les négociations salariales penchaient vers des hausses salariales trop importantes.

Contrôles. Le comité parlementaire sur l’abolition des contrôles de capitaux s’est réuni le 13 mars, en présence du ministre des finances Bjarni Benediktsson. La réunion s’est tenue à huis-clos (les députés présents ont dû signer une déclaration de confidentialité contre les délits d’initiés) et elle a été suivie par une décision de la banque centrale de réduire la liste des exemptions aux contrôles de capitaux, afin de « préparer les prochaines étapes de la libéralisation des contrôles ». Par ailleurs, le rapport d’étape sur la levée des contrôles publié par le ministère des finances le 18 mars indique deux solutions possibles alternatives : « imposer un haircut sur les actifs domestiques convertis en devises ou bien mettre en œuvre une transformation des actifs liquides en actifs de long terme ».

Norvège

Immobilier. Les prix de l’immobilier ont augmenté en Norvège en 2014 de 8,5 % pour les appartements et de 5,6 % pour les maisons. Plusieurs économistes (DNB…) et hommes d’affaires (NHO, représentants du patronat) ont fait part de leur inquiétude sur les risques liés à l’endettement déjà élevé des ménages. La mise en œuvre très accommodante par certaines banques de la règle des 85 % de LTV (loan to value, voir aussi QN 87) et la baisse du taux de la banque centrale ont rendu le crédit à la fois disponible et meilleur marché. Le gouvernement réfléchit actuellement à des mesures visant à ralentir ce marché, notamment un durcissement des conditions d’accès aux prêts immobiliers.

Grande distribution. L’autorité norvégienne de la concurrence a approuvé le 4 mars 2015 le rachat d’ICA Norge par Coop, sous condition (QN 80). Coop devra se séparer de 93 magasins ICA : 50 seront rachetés par NorgesGruppen et 43 par Bunnpris. Aujourd’hui, le marché norvégien est dominé par cinq acteurs : NorgesGruppen (39,9 % de part de marché), ICA (10,5 %), Rema 1000 (23,7 %), Coop (22,3 %) et Bunnpris (3,4 %).

Norwegian. La grève au sein de la compagnie aérienne Norwegian, débutée le 28 février (QN n° 88), s’est achevée le 10 mars 2015 après la signature d’un accord entre syndicat et direction. Les pilotes ont été répartis dans trois filiales différentes en Norvège, en Suède et au Danemark, aux mêmes conditions salariales que précédemment, mais ont en contrepartie obtenu une garantie de la direction de ne pas supprimer d’emplois de pilote pendant les trois années à venir dans les filiales scandinaves.

Fonds pétrolier. Le fonds pétrolier norvégien a affiché en 2014 un rendement de 7,6 %, bien porté par le marché des actions. Sur l’année, le fonds a crû de 544 Mds NOK grâce à des rendements de 7,9 % pour les actions (61,3 % du portefeuille), 6,9 % pour les obligations (36,5 % du portefeuille) et 10,4 % pour l’immobilier (2,2 % des placements). Le fonds pesait 6 431 Mds NOK (env. 745 Mds€) fin 2014 : sa valeur en couronnes a donc quasiment doublé en trois ans. Le gouverneur de la Banque de Norvège a répété lors de l’annonce des résultats qu’il fallait s’attendre à des rendements moins élevés à l’avenir. Investi dans près de 9 200 entreprises, le fonds norvégien contrôle l’équivalent de 1,3 % de la capitalisation boursière mondiale, et de 2,4 % de la capitalisation boursière européenne.

Suède

Arabie Saoudite. La crise diplomatique entre la Suède et l’Arabie Saoudite inquiète le monde des affaires, dont plusieurs représentants se sont exprimés dans la presse. Au-delà de l’effet sur les échanges commerciaux avec l’Arabie Saoudite (11 Mds SEK en 2014 soit 1 % des exportations suédoises de biens, hors matériel militaire), les industriels suédois s’inquiètent des conséquences sur les relations avec les autres pays du Moyen-Orient (47 Mds SEK en 2014, soit presqu’autant que vers la France) mais aussi de l’impact sur l’image de la Suède.

Riksbank. Suite à une réunion tenue en dehors du calendrier habituel, la Riksbank a annoncé une nouvelle baisse de son taux directeur, à -0,25 % et prolonge pour 30 Mds SEK son programme d’achat d’obligations publiques lancé en février 2015. Cette décision intervient alors que l’activité montre des signes d’accélération (après une croissance à 2,1 % en 2014) et que l’inflation semble se redresser. La Riksbank justifie ce nouvel assouplissement monétaire par le fait que l’appréciation de la couronne au cours de ces dernières semaines pourrait remettre en cause, s’il se poursuivait, le redressement amorcé de l’inflation. La Riksbank indique être prête à aller plus loin dans l’expansion monétaire et étudie de nouvelles mesures telles que des prêts aux entreprises via les banques ou bien des interventions de change.

Politique budgétaire. La ministre des finances Magdalena Andersson a confié à l’institut de conjoncture KI le soin d’évaluer les conséquences d’une modification de la cible budgétaire nationale, fixée aujourd’hui à un excédent de 1 % PIB pour l’ensemble de la sphère des administrations publiques, sur la durée du cycle économique, à une cible d’équilibre budgétaire. Fortement soutenue par le parti de gauche, cette initiative a été vivement critiquée par l’opposition, qui rappelle que la campagne électorale n’avait pas donné lieu à un débat sur le cadre budgétaire, mais également par le Conseil des finances publiques.

Ericsson. Le groupe suédois poursuit son expansion internationale en rachetant la division télécommunications (1 000 emplois) du chinois Sunrise Technology qui est un important sous-traitant des opérateurs de téléphonie chinois. Cette acquisition intervient quelques jours seulement après l’annonce de la suppression de 2 200 emplois en Suède (fermeture de l’usine de Katrineholm et surtout la réduction des effectifs au siège de Kista-Stockholm) et de la hausse de la production en Pologne. Au total, le fleuron des télécoms a réduit ses effectifs en Suède de 47 000 personnes en 2000 à seulement 16 000 aujourd’hui (13 % des effectifs globaux). En revanche, les effectifs en Chine ne cessent de progresser et devraient dépasser 12 000 employés après cette dernière acquisition.

Bourse. La chaine Scandic Hotels, détenue depuis 2007 par les deux entreprises de capital investissement EQT et Accent prépare son introduction à la Bourse de Stockholm (Nasdaq OMX), pour une valorisation qui devrait dépasser 1 Md€. Le réseau de Scandic Hotels est pour l’essentiel concentré sur la zone nordique, mais comprend également quelques hôtels en Allemagne, en Belgique et en Pologne. Sur les 226 hôtels du groupe (42 000 chambres), 26 sont situés à Stockholm. Le chiffre d’affaires de Scandic, en forte progression en 2014, devrait atteindre près de 11 Mds SEK en 2014 (1,2 Md€) pour un bénéfice d’environ 1 Md SEK (110 M€).

Trains. Les deux premiers trains de l’opérateur Hongkongais MTR seront mis en circulation le 21 mars 2015 sur la ligne Stockholm-Göteborg, la plus rentable pour l’opérateur historique SJ. Selon une étude, l’arrivée de ce nouveau concurrent sur une des lignes les plus fréquentées de Suède devrait engendrer une baisse des prix de 10 à 15 %. Pour faire face à la concurrence sur cette liaison (17 000 voyageurs par jour), SJ va moderniser l’intérieur de ses voitures SJ-2000 et vient à ce titre de passer un contrat de 3,5 Mds SEK (375 M€) à ABB qui court jusqu’à 2019.

Innovation. Stefan Löfven a présidé la première réunion de la Commission nationale pour l’innovation (Nationella Innovationsrådet), dont il avait annoncé la création durant la campagne électorale. Quatre autres ministres sont membres de cette Commission, ainsi que les CEO d’Ericsson et de StoraEnso, des représentants des partenaires sociaux, de l’Université et du secteur du capital-risque.

Dette. Le FSA suédois a publié, pour consultation, une proposition de décision sur les exigences d’amortissement des prêts hypothécaires qui pourrait entrer en vigueur à compter du 1er août 2015 ; et selon cette décision les nouveaux prêts hypothécaires dont le principal dépasserait 50 % de la valeur du logement associé seraient soumis à des exigences minimales d’amortissement (2 % du principal serait amorti par an lorsqu’il est supérieur à 70 % de de la valeur du bien, puis 1 % par an entre 50 % et 70 % de la valeur du bien).

Certificats verts. Le 13 mars 2015, le ministre suédois Ibrahim Baylan et son homologue norvégien Tord Lien ont annoncé une modification de l’accord sur le marché commun des certificats verts, permettant d’augmenter l’objectif commun en 2020 de 26,4 TWh à 28,4 TWh. Cette modification va permettre à la Suède d’atteindre son objectif de 30 TWh nouvelles capacités renouvelables en 2020 par rapport à 2002.

***

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse du Service Économique (adresser les demandes à pierre-alexandre.miquel@dgtresor.gouv.fr). Crédit photo : Kwong Yee Cheng

Clause de non-responsabilité
Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.
Directeur de la publication : Pierre-Alexandre Miquel (Chef du SER)
Revu par : Olivier Redoulès (SER Stockholm)
Service Economique Régional (SER) de Stockholm
Ambassade de France en Suède
Adresse : Storgatan 11 // 114 44 Stockholm

Avec les contributions des Services Economiques de Copenhague ( Marine Artz, Jasmine Crozier, Philippe Martinez), Helsinki (Nadine Mouy, Cyrille Karamitsos), Oslo (Christian Fatras, Emmanuel Frételliere, Nicolas Redon), et du Service Economique Régional de Stockholm (Frédéric Lemaitre, Olivier Redoulès, Adrien Delanoë, Juliette Guénégo).

Dernière modification : 25/03/2015

Haut de page