La Quinzaine nordique n°83

La Quinzaine nordique est réalisée par le Service économique régional deux fois par mois. Elle rassemble des brèves économiques et financières sur les cinq pays nordiques.

Nordiques

PNGCroissance. Les dernières prévisions économiques (OCDE, Nordea, SEB) continuent à signaler un ralentissement des rythmes de croissance dans les pays nordiques, dans un environnement international dégradé : durcissement du contexte géopolitique, récession en Russie, coup de frein en zone euro, baisse des prix pétroliers. La zone nordique dans son ensemble reste certes un îlot de croissance en Europe, avec une croissance du PIB de l’ordre de 1,5 % en 2014 et de 2,0 % en 2015, mais les trajectoires des cinq pays continuent de diverger : la Suède (croissance entre +2,0 % et +2,5 % par an en 2014 et 2015) serait tirée par une consommation dynamique et une accélération marquée de l’investissement (logements et infrastructures), la croissance en Norvège (entre +1,5 % à 2,0 %) resterait soutenue par la demande des ménages mais le secteur pétrolier investirait moins. Au Danemark, (croissance entre +1,0 % et +1,5 %), la reprise se renforcerait progressivement. En revanche, en Finlande, la reprise reste incertaine : si les derniers chiffres de PIB confortent le scénario du gouvernement d’une stabilisation de l’activité en 2014, certains organismes évoquent un maintien en récession jusqu’en 2015. Enfin, la croissance en Islande reste dynamique, autour de +3 %, soutenue par la demande interne, l’inflation se modère mais le solde commercial tend à nouveau à se dégrader car les exportations ralentissent.

Transparence. L’ONG Transparency International a publié le 3 décembre 2014 son « Indice de perception de la corruption » : le Danemark reste classé 1er, suivi de près par la Finlande (3ème), la Suède (4ème), la Norvège (5ème) et l’Islande (12ème). Selon l’ONG, ces bons résultats s’expliquent par « l’Etat de droit solidement ancré, la société civile très présente et l’emploi public rigoureusement réglementé ». L’Allemagne est classée 12ème et la France 26ème.

Parité. Bien établie dans le monde politique et dans le secteur public des pays nordiques, la parité est jugée insatisfaisante dans le monde des affaires. Ainsi, la part de femmes présentes dans les conseils d’administration des groupes est de 28 % en Finlande, 26 % en Suède et 24 % au Danemark (contre 30 % en France). Plusieurs pays nordiques n’excluent pas d’aller au-delà de l’autorégulation et envisagent, comme la Norvège en 2003, de légiférer pour établir des quotas de femmes dans les conseils d’administration des groupes (40 % dans le cas de la Norvège).

Danemark

Tourisme. Le parlement a approuvé une proposition du Ministre des Entreprises et de la Croissance, Henrik Sass Larsen, pour mettre en place une véritable stratégie gouvernementale du tourisme vers le Danemark. Trois compagnies se chargeront, respectivement, du tourisme côtier et vert, du tourisme urbain et du tourisme d’affaires. Elles devront coordonner leurs initiatives et multiplier leurs interactions afin que les 90M €/an dédiés à la promotion du tourisme soient utilisés plus efficacement. Une conférence en janvier 2015 viendra préciser davantage les tenants de cette nouvelle stratégie en y associant les représentants de la communauté d’affaires.

Croissance. Tiré par les investissements, le PIB danois aurait progressé de +0,5 % au 3ème trimestre, après +0,1 % au 1er trimestre et +0,1 % au deuxième, confortant le consensus des économistes sur l’ensemble de l’année 2014, autour de 0,7 %, et en deçà de la prévision du gouvernement (+1,4 %).

Pétrole. La baisse du prix du pétrole pourrait affecter la situation des finances publiques en 2015, le projet de budget reposant sur l’hypothèse d’un baril à 110 $, contre environ 70 $/baril début décembre 2014, sachant par ailleurs que l’hypothèse de croissance retenue pour 2015, +2,0 %, est supérieure au consensus.

Finlande

Nucléaire. Fortum a annoncé la signature d’un accord avec Gazprom sur la restructuration de la compagnie d’électricité russe TGC-1. Fortum détiendra 75 % d’une nouvelle entreprise commune qui exploitera une cinquantaine de barrages hydroélectriques du nord-ouest de la Russie. Cette opération, financée par la participation que détenait déjà Fortum dans TGC-1, accroît les capacités hydroélectriques exploitées par Fortum de 60 %. En échange, Fortum s’engage à prendre une participation de 15 % dans Fennovoima, aux côtés de Rosatom, complétant ainsi l’actionnariat non russe du consortium conformément aux souhaits du gouvernement finlandais. Cette annonce a lieu quelques jours avant que le Parlement ne se prononce sur l’autorisation de construction par Fennovoima d’une centrale nucléaire à Hanhikivi.

Réforme. Le projet de loi sur la réforme des services de santé et des services sociaux a été rendu public le 26 novembre dernier. Relevant actuellement de la responsabilité des 320 communes, les services devraient désormais être réorganisés au niveau de cinq régions ad hoc qui désigneront le niveau de fourniture le plus approprié (une commune ou une des 19 communautés de communes mises en place à cet effet ou la région elle-même). Dans le contexte démographique finlandais marqué par un vieillissement rapide de la population, cette réforme doit contribuer d’une façon importante, avec celle des retraites, à la réduction de l’écart de soutenabilité des finances publiques. La communication autour du projet de loi ne contient cependant pour le moment aucune estimation sur les économies d’échelle et les gains d’efficacité attendus de la réforme, l’essentiel du débat se concentrant sur la redistribution de charges qui en résultera entre les communes, et entre l’Etat et les autorités locales, ainsi que sur la compatibilité avec la Constitution de la restriction ainsi apportée aux compétences municipales.

Chômage. Le taux de chômage a augmenté en octobre et s’élève désormais à 8,3 % contre 7,4 % à la même époque en 2013. Selon le ministère de l’Emploi et de l’économie, le nombre de chômeurs s’établit à 319 000 personnes, sur une population d’environ 5,5 M habitants.

Croissance. Le PIB finlandais a progressé au troisième trimestre de +0,2 % et la croissance du deuxième trimestre a été révisée à la hausse (de +0,2 % à +0,4 %). Le recul qui s’était poursuivi jusqu’au 1er trimestre (-0,3 %) semble donc enrayé pour le moment. Alors que l’ensemble des analystes prévoyaient une troisième année de récession en 2014 (-0,2 % pour le FMI et l’OCDE, -0,4 % pour les dernière prévisions de la Commission, entre -0,3 % et -0,5 % pour les principales banques de la place), les résultats confortent au contraire le scénario macroéconomique du PLF2015, dans lequel le PIB devait rester stable en 2014.

Russie. La récession qui se profile en Russie est de nature à remettre en cause le rebond de l’économie finlandaise anticipé en 2015. La Russie est en effet le 3ème client des exportateurs finlandais, et fournit aussi 30 % des touristes, et ces deux postes ont déjà sensiblement reculé depuis un an. La banque Nordea estime que la récession en Russie pourrait contribuer à replonger la Finlande en récession en 2015.

Islande

Exit-Tax. La presse évoque la possibilité que les autorités islandaises imposent une « exit tax » de l’ordre de 35 % s’appliquant aux actifs non-résidents au moment de l’ouverture du compte de capital, et qui pourrait générer jusqu’à 3,25 Mds€ de recettes fiscales. Sans réagir spécifiquement à cette information, qui n’est pas officielle, les représentants de créanciers étrangers (dont ceux de l’ancienne banque Glitnir) prépareraient déjà plusieurs actions contentieuses pour attaquer certaines mesures en vigueur, comme la taxe prélevée sur les banques et sur les structures de liquidation pour financer le programme d’allègement des dettes des ménages islandais.

Energie. La commission à l’Industrie du parlement a annoncé que 8 sites potentiels de production électrique jusqu’ici identifiés comme « protégés » dans le « Master plan » national sur l’énergie devraient devenir « utilisables », entrainant des réactions négatives de l’opposition et des Verts. Parallèlement, Hordur Arnarson, DG de l’énergéticien public Landsvirkjun, a identifié 20 sites envisageables pour de nouvelles usines électriques en Islande, dans un contexte de hausse de la demande et des prix de l’électricité. S’agissant du câble électrique vers le Royaume-Uni, M Arnarson se donne 2-3 ans pour analyser l’intérêt du projet.

Tourisme. La ministre de l’Industrie et du commerce, Ragnheidur Elin Arnadottir, va soumettre un projet de loi pour instaurer un “nature pass”, qui coûterait 1500 SEK (9,74 €) et serait valide 3 ans, pour accéder aux sites publics naturels du domaine public. Les recettes permettraient de financer l’entretien et la protection des sites naturels soumis à l’afflux croissants de touristes.

Norvège

Fonds. Le Ministère des Finances va lancer un processus d’évaluation de l’opportunité d’ouvrir les investissements du fonds aux infrastructures non cotées, qui débouchera sur un livre blanc discuté au Parlement au printemps 2016. Le Conseil de Stratégie du fonds a été mandaté pour cette évaluation, qui pourrait également ouvrir la voie aux investissements dans les installations de production d’énergie renouvelable.

Réforme fiscale. Le comité nommé pour étudier une réforme fiscale vient de remettre son rapport. Il préconise une baisse du taux d’imposition sur les revenus nets des entreprises de 27 % à 20 % afin de répondre à la concurrence internationale en la matière. Couplée à une baisse de l’impôt sur le revenu, cette mesure aurait un coût de 93,3 Mrds NOK (11 Mrds €) entièrement compensé par d’autres mesures (dont la création d’un impôt sur les revenus des particuliers, mais aussi la suppression de diverses déductions fiscales).

Russie. Suite aux sanctions engagées contre la Russie, Karamorneftegaz, joint-venture entre le pétrolier russe Rosneft et ExxonMobil, a mis fin prématurément à ses contrats avec plusieurs entreprises norvégiennes dont Siem Offshore, Rem Offshore et Viking Supply. Ces contrats concernaient le puits University-1 en Mer de Kara.

Croissance. Le PIB norvégien a augmenté de 0,5 % au cours du 3ème trimestre 2014 après 0,5 % au T1 et 1,1 % au T2 2014. Les échanges ont augmenté de 2,1 % tant du côté des importations que des exportations ; en revanche, contrairement aux trimestres précédents, la consommation des ménages a eu peu d’effet d’entrainement. Les effets de la baisse du prix du baril, en particulier sur l’investissement, ne devraient pas se faire trop sentir en 2014. En revanche, la baisse des investissements pétroliers, souvent estimée à 15- 20 %, pourrait atteindre 20 à 25 % en 2015 si le cours du baril ne remontait pas rapidement, selon la banque Nordea. La croissance du PIB en 2015 devrait se situer à 2 % pour le PIB « continental » (hors industrie pétrolière) qui pourrait à court terme profiter du glissement actuel de la couronne, alors que la croissance du PIB national serait de+1,6 % en 2015 selon Nordea.

Suède

Visite d’Etat. Le Roi et la Reine de Suède, accompagnés par plusieurs ministres, ont effectué une visite d’Etat en France du 2 au 4 décembre, la première depuis 1980. La visite a été riche en événements de très haut niveau, avec notamment la tenue au Collège de France d’un Colloque international sur le climat et l’énergie, ouvert par le Président de la République et le Roi de Suède, un forum économique sur la compétitivité à l’OCDE, des échanges bilatéraux entre les ministres, une cérémonie et des événements économiques à la Mairie de Paris, une visite des installations d’AIRBUS et du CNES à Toulouse, ainsi qu’à la Chambre de Commerce de Toulouse avec une allocution du Pr Jean Tirole, prix Nobel d’économie 2014.

Nouvelles élections le 22 mars. Le gouvernement de Stefan Löfven a perdu au Riksdag, le 3 décembre, le vote du budget face à l’opposition de centre droit, qui a bénéficié des voix du parti d’extrême droite. S. Löfven a, dans la foulée, annoncé la tenue de nouvelles élections le 22 mars 2015. Le gouvernement restera au pouvoir jusqu’à cette date et devra exécuter le budget présenté par l’opposition qui, entre autres, ne prévoit pas de hausse d’impôt sur le revenu ni de revalorisation des allocations chômage.

Stabilité financière. Dans son rapport sur la stabilité financière publié le 4 décembre, la Riksbank observe que les grandes banques suédoises sont rentables dans l’environnement actuel où le financement de marché est disponible à faible coût, mais que le système bancaire est vulnérable à tout choc qui affecterait ce canal de financement. En opposition avec le superviseur financier qui a exprimé sa position quelques jours auparavant, la Banque centrale considère que le ratio de fonds propres sur l’actif des banques (leverage ratio) est « relativement faible ».

Volvo AB. Volvo, propriétaire depuis 2001 de Renault Trucks, est suspecté par la Commission Européenne d’avoir constitué un cartel dans les années 1990 et 2000 avec quatre concurrents. Selon la presse, il s’agirait des Allemands MAN et Daimler, du Suédois Scania, de l’Italien Iveco et éventuellement de DAF (filiale de l’américain Paccar) ; Volvo aurait provisionné environ 400 M€ (3,7 Mds de SEK) en prévision d’une éventuelle amende de la Commission.

Croissance.
En ligne avec les anticipations, l’activité a ralenti au troisième trimestre en Suède, avec une croissance du PIB de +0,3 % après +0,5 % au 2ème trimestre, en raison de la faiblesse du commerce extérieur. A l’issue du 3ème trimestre, l’acquis de croissance pour l’année 2014 s’élève à 1,9 %.

***
Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse du Service Économique (adresser les demandes à pierre-alexandre.miquel@dgtresor.gouv.fr). Crédit photo : Patrik Ragnarsson

Clause de non-responsabilité
Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Directeur de la publication : Pierre-Alexandre Miquel (Chef du SER)
Revu par : Olivier Redoulès (SER Stockholm)
Service Economique Régional (SER) de Stockholm
Ambassade de France en Suède
Adresse : Storgatan 11 // 114 44 Stockholm

Avec les contributions des Services Economiques de Copenhague (Simone Le Ray, Marine Artz, Philippe Martinez), Helsinki (Nadine Mouy, Cyrille Karamitsos), Oslo (Christian Fatras, Emmanuel Frételliere, Nicolas Redon), et du Service Economique Régional de Stockholm (Eléonore Gautier, Frédéric Lemaitre, Olivier Redoulès).

Dernière modification : 18/01/2015

Haut de page