La Quinzaine nordique n°79

JPEG

Danemark

Croissance. L’Office Danois des Statistiques a révisé les chiffres de la croissance trimestrielle du PIB début 2014, qui suivrait un profil plus lisse (+0,1 % au T1 puis +0,3 % au T2 au lieu de +0,6 % puis -0,3 %), portant l’acquis de croissance à +0,3 % à l’issue du 2ème trimestre (au lieu de +0,4 %) La banque centrale puis Danske Bank ont réduit leurs prévisions de croissance du PIB pour 2014 de +1,5 % à +0,8 %.

Chômage. Le taux de chômage a continué de baisser au mois d’août et se situe à 5 % (6,7 % au sens du BIT).

Groenland. L’opposition demande la démission du chef du gouvernement, Aleqa Hammond, qui aurait utilisé 13 500€ d’argent public pour des dépenses privées (sommes remboursées depuis). Son congé temporaire vient dans ce contexte d’être été approuvé par le Parlement groenlandais le 1er octobre 2014. Mme Hammond avait pourtant été élue en mai 2013 sur un programme de lutte contre la corruption. Pour mémoire, le chef de l’opposition, M Kuupik Kleist, avait déjà démissionné de tous ses mandats politiques en septembre 2014 suite à des soupçons de corruption.

Finlande

Retraites. Les confédérations syndicales – à l’exception d’Akava, syndicat minoritaire de cadres – se sont accordées sur une proposition de réforme du système de retraites, qui devrait donner lieu à un projet de loi, transmis au Parlement après les législatives du printemps 2015. L’accord prévoit un relèvement de l’âge légal de départ à la retraite (63 ans aujourd’hui) à partir de 2017 : il augmenterait d’un trimestre par classe d’âge pour les personnes nées après 1955 pour atteindre 65 ans en 2025 ; ensuite, il progresserait d’un trimestre tous les 3 ans. L’accord permettrait de reporter à 2020 une éventuelle augmentation des cotisations.

Nucléaire. Le Conseil des ministres a rejeté la demande de TVO visant à prolonger de cinq ans l’autorisation dont bénéficie cet opérateur pour la construction d’un réacteur (projet OL4), conformément aux recommandations du ministre de l’économie (cf. QN n°78). La décision du conseil des ministres, mise en regard de celle acceptant la demande de l’opérateur Fennovoima pour le projet HK1 (cf. QN n°78), fait polémique : la presse rappelle notamment que le ministre de l’Economie a signé en février 2014 avec la Russie, représentée par le président de Rosatom, un accord de coopération sur l’énergie nucléaire civile, alors que Rosatom est l’un des associés de Fennovoima. En théorie, TVO a la possibilité de déposer une demande de permis de construire pour le projet OL4 jusqu’à la mi-2015, mais ce calendrier parait difficile à tenir alors que l’autre projet nucléaire conduit par TVO (OL3) n’entrerait pas en exploitation avant fin 2018.

Conjoncture. En ligne avec les principales banques nordiques, l’institut de recherche économique ETLA a revu à la baisse ses prévisions de croissance en 2014 (-0,4 % contre +0,7 % dans ses prévisions de mars dernier) et en 2015 (+0,8 % contre +2 %), en raison de la détérioration des perspectives d’exportation vers l’UE et la Russie.

Islande

Capitaux. Le Ministère des finances a publié un rapport d’étape sur le plan de levée des contrôles de capitaux dans lequel il met en avant 1/ le lancement en juillet 2014 d’une plateforme de travail réunissant les autorités islandaises, des représentants des créanciers étrangers et des experts, 2/ les résultats positifs de la poursuite des programmes d’enchères de la Banque centrale destinées à éponger les actifs étrangers liquides libellés en ISK (qui sont passés de plus de 40 % PIB en 2012 à 16 % PIB mi-2014), 3/ la tenue le 10 septembre du premier Conseil de stabilité financière. Alors que l’Association des fonds de pension souligne la faible diversification internationale de leurs actifs (seulement 22,4 % sont à l’étranger) du fait des contrôles, les projections de besoins de remboursement à l’étranger en devises pour les années à venir (de l’ordre de 5 % à 8 % PIB, principalement Landsbankinn et les entreprises publiques) restent supérieures à l’excédent courant attendu. Le ministre des finances estime que les conditions en vue d’une levée des contrôles s’améliorent.

Norvège

Change. Pour la première fois depuis les années 1990, la banque de Norvège a annoncé qu’elle allait vendre des devises étrangères pour financer les dépenses de l’Etat. En raison de la baisse du prix de pétrole ces derniers mois, les recettes fiscales prélevées sur l’industrie pétrolière privée sont plus faibles qu’attendues, et l’Etat norvégien doit mobiliser les recettes de la vente d’hydrocarbures issues de champs dans lesquels l’État a une participation, perçues en dollars, et traditionnellement versées directement dans le Fonds pétrolier. Le montant des ventes de devises serait de l’ordre de 250 MNOK (env. 30 M€). par jour en octobre 2014. Suite à l’annonce, la couronne norvégienne s’est appréciée d’environ 0,5 % vis-à-vis des principales devises étrangères.

Privatisations. Suivant son programme économique, le gouvernement a annoncé le 17 septembre 2014 l’introduction en bourse de la société de gestion immobilière Entra, qu’il détient à 100 % et dont les actifs sont évalués à 27 Mds NOK (3,3 Mrds €) fin 2013 et des revenus de location à 1,7 Mds NOK. En outre, la société Cermaq, n°3 mondial dans la salmoniculture (CA de 5,8 Mds NOK en 2013 soit 744 M€), et dont l’Etat norvégien est actionnaire à 59,17 %, a fait l’objet d’une offre d’achat amicale de Mitsubishi Corporation la valorisant à 8,88 Mds NOK (soit 1,09 Mrd €, soit une prime de 14% par rapport à la cotation avant finalisation de l’accord).

Supergrids. Le Ministre du Pétrole et de l’Énergie, Tord Lien, s’est rendu le 25 septembre 2014 à Bruxelles pour la 2ème conférence consacrée au renforcement de la coopération énergétique entre l’UE et la Norvège. Avec le Vice-président de la Commission européenne, Günther Öttinger, le ministre a évoqué les futurs câbles électriques avec l’Allemagne et la Grande-Bretagne et a plaidé pour un meilleur fonctionnement des marchés électriques européens, ainsi qu’un encadrement plus strict du prix de la tonne de CO2, pour assurer la pérennité des investissements dans le réseau. Pour rappel, la Norvège réalise déjà la quasi-totalité de ses exportations de pétrole (92 % en 2013) et de gaz (98 % en 2013) vers l’UE, mais ses exportations d’électricité n’ont jamais dépassé 20 TWh par an.

Suède

Fusac. Le montant des acquisitions de groupes étrangers par des acteurs suédois s’accélère depuis le début de l’année et dépasse désormais la barre de 16 Mds€ (au total 214 acquisitions en 2014), soit le niveau le plus élevé depuis 2007. Parmi les rachats les plus importants on note : GE Appliances par Electrolux (23 Mds SEK), Rottapharm Spa par Meda (21 Mds de SEK), Lindorff Group par Nordic Capital (19 Mds de SEK), Rautarukki Oyj par SSAB (17 Mds de SEK), Frank Mohn A/S par Alfa Laval. Parallèlement, Investor (sphère Wallenberg), vient de monter dans le capital du groupe finlandais Wärtsilä (6 Mds de SEK). L’équipementier télécom Ericsson multiplie, quant à lui, ses acquisitions de groupes hautement spécialisés aux Etats-Unis, notamment du cloud et des applications vidéos (Apcera, Metratech, Fabrix Systems et Ambiente). Enfin après plusieurs mois d’attente Volvo AB (poids-lourds) confirme avoir reçu le feu vert pour la création d’une coentreprise avec Dongfeng Motor Group (DFG). La filiale commune regroupera la filière des poids-lourds et sera détenue à 45% par le groupe suédois (montant de l’acquisition de l’ordre de 6 Mds de SEK).

IKEA. IKEA vient d’annoncer l’ouverture de sa première grande surface dans le Télangana en Inde, alors que le groupe suédois Stadium, leader nordique de la distribution d’articles de sport et concurrent de Décathlon vient d’ouvrir son premier magasin à Hambourg en Allemagne. La famille Kamprad détient 100% d’IKEA via ses fondations et co-détient Stadium (27% du capital) avec la famille fondatrice Eklöf (73%).

Russie. La limitation de l’actionnariat étranger dans les médias russes (télévision, presse, médias en ligne…) à 20% dès janvier 2016 contre 50% actuellement pourrait affecter le groupe suédois MTG qui contrôle 38% du capital de CTC Media (6ème chaine de télévision du pays) et opère plusieurs partenariats pour la diffusion, via paraboles, de chaine de télévision premium telles que TV 100, TV 1000 Russia Film et Viasat History.

AP-fonds. Les fonds de réserve du régime de retraite (AP1, AP2, AP3 et AP4) qui gèrent chacun un actif de l’ordre de 30 Mds€ (soit 30 % du PIB au total) ont amélioré leur rentabilité. Au 1er semestre 2014, elle se situait dans une fourchette allant de 6,5 % à 7,4 %, contre de 4 % à 6,3 % au 1er semestre 2013. Le rendement moyen réel des quatre fonds s’élève à environ 6 % sur les 10 dernières années, soit plus que l’objectif à long terme (de 4 % à 4,5 %).

***

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse du Service Économique (adresser les demandes à pierre-alexandre.miquel@dgtresor.gouv.fr).

Clause de non-responsabilité
Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Directeur de la publication : Pierre-Alexandre Miquel (Chef du SER)
Revu par : Olivier Redoulès (SER Stockholm)
Service Economique Régional (SER) de Stockholm
Ambassade de France en Suède
Adresse : Storgatan 11 // 114 44 Stockholm

Avec les contributions des Services Economiques de Copenhague (Simone Le Ray, Marine Artz, Philippe Martinez), Helsinki (Nadine Mouy, Cyrille Karamitsos), Oslo (Christian Fatras, Emmanuel Frételliere, Nicolas Redon), et du Service Economique Régional de Stockholm (Frédéric Lemaitre, Olivier Redoulès).

Dernière modification : 03/02/2015

Haut de page