La Quinzaine nordique n°78

JPEG

Danemark

Energie. Dans une lettre transmise au début du mois de septembre au ministre danois du Climat et de l’Energie, Rasmus Helveg Petersen, la Commission européenne estime que la subvention de projets de production d’énergie verte sur le sol danois sur la base des recettes collectées par la taxe dite PSO (Public Service Obligation), introduit une distorsion de concurrence. Le ministre danois s’est dit prêt négocier avec la Commission pour mettre le système incitatif danois en conformité avec les règles européennes.

Finlande

Croissance. Lundi 15 septembre 2014, le gouvernement a publié son Economic Survey biannuelle dans laquelle il révise à la baisse (-0,2 pt par an) ses prévisions de croissance pour les trois années à venir ; la croissance serait nulle en 2014 puis atteindrait +1,2 % en 2015 et +1,4 % en 2016. Pour 2014, les performances des exportations en 2014 devraient finalement être meilleures que ce qui était inscrit dans la prévision du mois de juin (+0,4 % contre -0,5 % prévu en juin), mais la contraction de la demande interne, consommation et investissement, serait plus marquée.

Nucléaire. Le 15 septembre 2014, le Ministre de l’économie, Jan Vapaavuori, s’est déclaré favorable à la poursuite du projet de centrale nucléaire Fennovoima/HA1, auquel participe Rosatom. Le conseil des ministres a en conséquence validé la transmission de ce dossier au Parlement le 18 septembre, ce qui a conduit les Verts à annoncer leur départ de la coalition gouvernementale. En revanche, le ministre a déclaré qu’il n’était pas favorable à la demande de TVO visant à prolonger de cinq ans la validité d’une autorisation dont bénéficie cet opérateur pour la construction d’une autre centrale (projet OL4). Il estime que les arguments avancés par TVO (importants retards dans la construction de l’autre centrale de TVO dont AREVA est maître d’oeuvre (projet OL3)) justifient au contraire qu’un refus soit opposé à la demande de TVO. Cette déclaration a suscité de vives réactions et, à la demande du parti Social-Démocrate, l’examen en conseil des ministres de la demande de TVO a été repoussé.

Islande


Budget.
Le ministre des finances a présenté son projet de budget qui inscrit un excédent de +0,2 % PIB pour 2015, après un excédent estimé à +2,0 % PIB en 2014. Les dépenses hors intérêts de la dette progresseraient moins vite que l’inflation (+1,7 %), avec néanmoins une forte hausse des dépenses sociales (hausse de +13 % en volume des allocations pour les enfants, hausse des prestations de sécurité sociale) et des dépenses de soutien à l’innovation (objectif 3 % PIB de financement public pour 2016) alors que les dépenses des intérêts sur la dette publique se maintiendraient autour de 3,3 % PIB. Côté recettes, le budget prévoit une réforme de la fiscalité indirecte, avec une baisse du taux normal de TVA (de 25,5 % à 24 %) et une hausse des taux réduits (de 7 % à 12 %), ainsi que la suppression des surtaxes appliquées sur certains biens (pièces détachées automobiles, gros électroménager, aliments et boissons riches en sucre, matériaux de constructions). Au total, ces mesures procureraient aux ménages 5 % de revenu disponible supplémentaire.

Norvège

Immigration. Selon l’institut statistique SSB, les immigrants ont du mal à obtenir des emplois conformes à leur niveau de qualification : la proportion de travailleurs surqualifiés est de 43% pour les immigrants d’Afrique ou d’Asie, de 34 % pour ceux de l’UE et d’Amérique du Nord mais seulement de 11 % pour le reste de la population.

Aker ASA. Deux filiales de la holding Aker ASA (dont la valeur nette des actifs atteint 3,2 Mrds€), héritières de la fusion Aker Kværner de 2004, font l’objet d’opérations capitalistiques. D’une part, Aker Solutions, le géant industriel norvégien, a annoncé le 1er septembre 2014 sa scission en deux nouvelles entités : d’un côté New Aker Solutions (C.A estimé à 4,9 Mrds$) qui hérite des activités d’ingénierie, du subsea et des câbles dits ombilicaux, et de l’autre Akastor (C.A estimé à 2,5 Mrds$), nouvelle société d’investissement qui gérera les activités liées aux services pétroliers, aux forages ainsi que les actifs navals. D’autre part, Kværner (C.A. 2013 : 13 Mrds NOK, l’Etat norvégien détient indirectement 12,3 % du capital), issue d’une précédente scission en 2011 autour des activités EPC (ingénierie, fourniture d’équipements et construction) d’Aker Solutions, fait aujourd’hui l’objet de discussions en vue d’une vente à un investisseur étranger. Cette perspective suscite un débat au sein de la classe politique en raison de l’injection en 2007 de 5 Mds NOK par l’Etat norvégien pour que les filiales de Aker ASA restent sous contrôle norvégien jusqu’en 2017. Le Parti du Progrès (FrP) et le Parti Travailliste (AP) demandent à ce que le Parlement, et non le Ministère des Finances qui gère les participations de l’État, ait le dernier mot sur un éventuel changement d’actionnaires majoritaires.

Énergie. Le Ministre des Affaires Européennes Vidar Helgesen s’est déclaré opposé à la proposition faite par le président polonais Donald Tusk de mettre en place un mécanisme européen commun pour les achats d’énergie. Tout en admettant que la crise ukrainienne pourrait dans un premier temps induire une hausse des revenus gaziers norvégiens, il souligne l’importance des mécanismes de marché pour assurer des prix efficients, à même de stimuler un niveau d’investissement suffisant pour assurer la pérennité de la production.

Russie. Les exportations norvégiennes de poisson ont progressé en août, atteignant 4,7 Mrds NOK (env. 570 M€), soit 146 M de plus qu’en août 2013. Cette augmentation intervient malgré une baisse de 82,2 % des exportations (saumon, truite, hareng) à destination de la Russie, tombées à 96,2 M NOK, du fait de l’embargo. Pour le saumon, la hausse des volumes a compensé la baisse des prix (-12 % sur la période), grâce au report vers de nouveaux débouchés (Espagne, Allemagne) et au dynamisme des débouchés traditionnels (France, Pologne). Les perspectives à l’exportation sont plus difficiles pour le hareng et la truite, le marché étant moins internationalisé.

Suède

PIB. La croissance du PIB au 2ème trimestre 2014 a été revue à la hausse (+0,7 % contre +0,2 % en 1ère estimation) de même que la croissance du 1er trimestre (+0,1 % contre -0,1 %), tirée par la consommation (+1,3 %), les exportations (+0,8 %) et l’investissement (+0,3 %). L’acquis de croissance du PIB pour 2014 s’élève désormais à +1,8 % (contre +1,4 % auparavant). La révision du PIB s’explique surtout par les nouvelles informations disponibles depuis la 1ère estimation et marginalement par le passage à la méthodologie ESA 2010.

Auto. Au cours des 8 premiers mois 2014, 196 494 immatriculations de véhicules neufs ont été enregistrées en Suède, soit une hausse de 16,5 % par rapport à la même période en 2013. La part de marché additionnée des constructeurs français est d’environ 9,2 % sur la période avec près de 5 % pour Renault, 2,4 % pour Peugeot et 1,8 % pour Citroën. Les trois premiers constructeurs présents en Suède sont le groupe Volkswagen (26,7% de part de marché), Volvo (19,1%) et Toyota (6,6%).

JCDecaux. Le numéro un mondial du mobilier urbain, implanté en Suède depuis 1989 avec 130 employés et des accords avec plus de 23 communes, vient de remporter un contrat important auprès de la ville de Stockholm pour une durée de 10 ans. Il s’agit de la conception, l’installation et la maintenance de 300 MUPI (mobilier urbain pour l’information), 50 colonnes individuelles d’affichage et pas moins de 55 sanitaires automatiques à accès universel ainsi que 70 pompes à vélos fixes. Le contrat comprend également une option pour le déploiement d’un réseau de 50 écrans digitaux dans le centre de la capitale.

Electrolux. Electrolux rachète son concurrent GE Appliances pour 3,3 Mds USD et se hisse dans le même temps au 2ème rang aux Etats-Unis, derrière Whirlpool. Cette acquisition permettra au groupe suédois, déjà propriétaire de marques telles que AEG, Arthur Martin, Zanussi et Husqvarna sur le continent européen, de renforcer sa présence outre-Atlantique, où GE Appliances réalise 90% de ses ventes. Une fois l’acquisition comptabilisée, environ 47% du chiffre d’affaires du groupe dans le domaine des produits blancs concernera les Etats-Unis (29 % avant l’acquisition), contre 23 % pour la zone EMEA (31 % avant). Le CA d’Electrolux passera, quant à lui, de 12 Mds€ à plus de 16 Mds€ (pro forma). La holding Investor contrôle 29,9% des droits de vote d’Electrolux.

Microsoft/Minecraft. Microsoft vient de racheter le suédois Mojang, le créateur du jeu vidéo Minecraft, pour la somme de 18 Mds SEK (2 Mds €).

***

Copyright Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse du Service Économique (adresser les demandes à pierre-alexandre.miquel@dgtresor.gouv.fr).

Clause de non-responsabilité Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication.

Directeur de la publication  : Pierre-Alexandre Miquel (Chef du SER) Revu par : Olivier Redoulès (SER Stockholm) Service Economique Régional (SER) de Stockholm Ambassade de France en Suède Adresse : Storgatan 11 // 114 44 Stockholm Avec les contributions des Services Economiques de Copenhague (Simone Le Ray, Marine Artz, Philippe Martinez), Helsinki (Nadine Mouy, Cyrille Karamitsos), Oslo (Christian Fatras, Emmanuel Frételliere, Nicolas Redon), et du Service Economique Régional de Stockholm (Adrien Delanoë, Frédéric Lemaitre, Olivier Redoulès).

Dernière modification : 09/02/2015

Haut de page