La Quinzaine nordique n°70

JPEG

Pays nordiques

Commerce. Les échanges de biens franco-nordiques ont atteint 6,2 Mds€ au 1er trimestre 2014, soit une baisse de plus de 8 % par rapport à la même période en 2013 (6,7 Mds€). La Suède reste le premier marché de la zone avec 2,6 Mds€ d’échanges (près de 43 % du total), suivie par la Norvège avec 1,3 Md€, le Danemark (1,5 Md€), la Finlande (0,8 Md€) et l’Islande (59 M€). Notre déficit commercial au 1er trimestre 2014 avec la zone a baissé (931 M€ contre 1,6Md€ en 2013), en grande partie grâce au repli de nos importations (-14,6 %, notamment hydrocarbures) en provenance de la Norvège, mais aussi du fait de la progression de nos exportations vers la zone (+2,2 % au 1er trimestre 2014) et plus particulièrement vers la Norvège (+11 %), le Danemark (+3,7 %) et la Suède (+2,4 %).

Danemark

Compétitivité. Le gouvernement danois a présenté le 8 mai 2014 un nouveau plan de réformes structurelles intitulé « Le Danemark entièrement sorti de la crise : entreprises en croissance », inspiré par les conclusions rendues fin mars par la commission productivité. D’un budget de 1,4 Md€, ce plan prévoit un allègement de la fiscalité énergétique, une amélioration de l’accès aux financements pour les entreprises (fiscalité des dividendes, crédit aux PME, crédit à l’export), un renforcement de la concurrence dans le secteur des services, notamment celui de la construction, et un développement de l’offre de main d’œuvre qualifiée (y.c. étrangère) accessible aux entreprises danoises. Ce nouveau plan vient à la suite du plan de croissance lancé en mai 2013, qui comprenait un budget de 10 Mds €, avec notamment une baisse du taux d’IS de 25 % à 22 % d’ici 2016.

Arla. Les représentants élus d’Arla et d’EGM Walhorn ont validé la fusion des deux coopératives. La nouvelle coopérative réunit 13 500 producteurs laitiers situés au Royaume-Uni, en Suède, en Allemagne, au Danemark, en Finlande, en Belgique, au Luxembourg et aux Pays-Bas pour un chiffre d’affaires d’environ 10 Mds €.

Finlande

Conjoncture. Le PIB finlandais s’est contracté de 0,4 % au 1er trimestre 2014 par rapport au 4ème trimestre 2013. A l’issue du 1er trimestre, l’acquis de croissance pour 2014 est de -0,6 %, très en deçà de la prévision de croissance du gouvernement pour 2014 (+0,5 %).

Politique. Mme. Urpilainen, actuelle ministre des Finances, n’a pas été réélue à la tête des sociaux-démocrates (SPD), au profit de M. Riine, qui pourrait donc récupérer ce portefeuille ministériel. Le premier ministre, M. Katainen, quittera son poste cet été et les élections pour sa succession au sein du parti conservateur (Kokoomus), se tiendront au mois de juin. Selon les derniers sondages, M. Stubb et M. Vapavuori, respectivement ministre du Commerce Extérieur et ministre de l’Economie, sont les favoris pour ce scrutin et donc pour devenir le prochain PM finlandais. Pour rappel, les prochaines élections législatives auront lieu en avril 2015.

Compétitivité. Le papetier Stora Enso a annoncé un plan d’investissement de 110 M€ visant à transformer son usine de Varkaus, qui fabrique du papier fin, afin d’y produire du carton. Cette décision s’inscrit dans la stratégie du groupe, la direction estimant que le carton est un marché en forte croissance, au même titre que la pulpe et les biocarburants. En outre, la récente baisse de l’impôt sur les sociétés (de 24,5 % à 20 %) aurait incité Stora Enso à investir sur le sol finlandais.

Islande

Dette. La loi permettant aux emprunteurs de demander l’annulation d’une partie de leur dette hypothécaire a été adoptée par le Parlement vendredi 16 mai 2014. Elle devrait permettre à plus de la moitié des ménages de réduire leurs dettes d’un montant allant jusqu’à 26 000 euros. Le fisc a déjà mis en fonction un portail internet de dépôt des dossiers.
UE. Le gouvernement a reporté après l’été l’examen du projet de loi de retrait de la candidature de l’Islande à l’UE. Cependant, le gouvernement ne se dit pas disposé à mettre en place un référendum sur la question, malgré les nombreuses manifestations en ce sens et la signature d’une pétition par 55 000 personnes. Selon les derniers sondages, la majorité des islandais souhaite la tenue d’un référendum sur la poursuite des négociations d’adhésion. Seuls 37 % sont favorables à l’adhésion et 49 % y sont opposés.

Politique Monétaire. La Banque centrale prévoit un renforcement de la croissance en 2014 (+3,7 % après +3,3 % en 2013), soutenue par le dynamisme de la demande interne et par les exportations de services. A 2,3 % en avril, l’inflation est proche de sa cible de 2,5 %, mais devrait graduellement augmenter pour atteindre 2,7 % en fin 2014. La Banque centrale a maintenu ses taux directeurs inchangés à 6,00 % ; elle indique que le dynamisme de l’activité pourrait conduire à décider une hausse des taux, mais que le besoin de resserrement serait d’autant moins fort que les autres politiques économiques (notamment la politique budgétaire) seraient plus restrictives.

Norvège

Agriculture. Les fédérations d’agriculteurs ont interrompu les négociations agricoles annuelles avec le gouvernement sur l’enveloppe des subventions agricoles (subventions directes, soutien aux prix régulés). Plusieurs manifestations ont éclaté dans le pays, notamment à Oslo devant le Parlement, où la question sera examinée vendredi 23 mai.

Croissance. Le PIB continental (PIB hors extraction et transports d’hydrocarbures et transports maritimes) a crû de +0,5% au 1er trimestre 2014 par rapport au 4ème trimestre 2013, sous l’effet du dynamisme de la consommation (+0,8%) et des exportations (+1,6 %) ; en revanche l’investissement a diminué (-1,8 %), pour les entreprises comme pour les ménages, et les importations se sont repliées (-2,6 %). Le PIB total a crû moins fortement (+0,3 %) en lien avec un léger repli de la production et du transport d’hydrocarbures.

Suède

Armement. Les électeurs suisses ont rejeté dimanche 18 mai l’achat de 22 avions de combat suédois Gripen, projet pourtant soutenu par le gouvernement suisse et par son ministre de la Défense, Ueli Maurer. Le contrat, d’un montant de 2,56 Mds €, a été rejeté par 53,4 % des votants. Selon la presse suédoise, c’est la première fois que le camp du « non » l’emporte en Suisse lors d’un référendum portant sur des questions liées à la défense.

Scania. Depuis le 13 mai dernier, le suédois Scania est une filiale détenue à plus de 90 % par l’allemand Volkswagen. Ce seuil permet, comme le prévoit la législation suédoise, de procéder à un retrait de cote et le titre du constructeur suédois devrait donc être prochainement retiré de la bourse de Stockholm. Le groupe Volkswagen va maintenant s’atteler « à renforcer son intégration opérationnelle » afin de devenir un géant mondial dans le camion face à Daimler et Volvo.

Bourse. Les participations détenues par des investisseurs étrangers représentent désormais 41,2 % de la capitalisation globale de la place de Stockholm (Nasdaq-OMX), dépassant le niveau atteint à la veille de l’éclatement de la bulle internet en l’an 2000 (39 %). La participation étrangère ne cesse d’augmenter depuis le 2ème semestre 2010. Parmi les entreprises avec une participation internationale significative sur la liste des plus importantes valeurs (large cap) on note : Scania (79,3 % du capital), Nordea (74,1 %), Swedish Match (68,7 %), Lundin Petroleum (65,9 %) et le serrurier Assa Abloy (65,4 %).

Banques. Le superviseur financier FI préconise la constitution de matelas contra-cycliques de l’ordre de 1 % de l’actif pondéré par le risque, à partir de l’été 2015, ce qui porterait le CET1 des quatre premières banques à 16,4 % en moyenne (avec une fourche allant de 14 % à 19 %).

Politique monétaire. Le chef de file du parti Social-Démocrate, Stefan Löfven, a déclaré qu’en cas de victoire aux élections générale de septembre 2014, les sociaux-démocrates pourraient envisager de donner à la banque centrale un objectif clair pour l’emploi dans le cadre de son mandat.

Fiscalité. La Commission sur la fiscalité des entreprises mise en place par le gouvernement propose que le taux d’IS soit ramené de 22 % à 20 % et qu’en contrepartie, les déductions fiscales des intérêts des transactions financières intra-groupes soient plafonnées à 25 % du bénéfice d’exploitation.

***

Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité des ambassades de France dans les pays nordiques ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 09/02/2015

Haut de page