La Quinzaine nordique n°64

JPEG

La Quinzaine Nordique évolue ! Merci de prendre 1 minute pour nous faire part de vos appréciations et suggestions en remplissant le sondage.

Danemark

Bourse. ISS, premier employeur étranger en France (35 000 employés) et quatrième employeur dans le monde (530 000 employés), projette une introduction en bourse mi-mars 2014. D’un montant de 8 Mds DKK soit 1,1 Mds €, cette introduction en bourse serait la plus importante au Danemark depuis 20 ans ; elle fait suite à deux tentatives infructueuses en 2007 et 2011. ISS est contrôlé par EQT (40 %), Goldman Sachs (33 %), le fond de pension des enseignants de l’Ontario et Kirkbi-Légo (26 %).

Salaires. La nouvelle convention collective de l’industrie, négociée par les organisations syndicale et patronale du secteur, CO-Industri et DI (240 000 employés et 6000 entreprises), a été signée le 10 février. Le salaire minimum en vigueur dans le secteur de l’industrie progressera de 1,38 % en 2014, de 1,5 % en 2015 et 1,6 % en 2016, atteignant à cette date un peu plus de 15 € de l’heure.

Balance des paiements. Le niveau élevé de l’excédent courant danois, supérieur à 6 % PIB en moyenne sur les trois dernières années, pourrait déclencher une procédure pour déséquilibres macroéconomiques dans le cadre du « six-pack ». L’excédent courant de la balance des paiements a atteint près de 18 Mds d’euros en 2013, soit 7,2 % du PIB (après 6 % en 2012 et 5,6 % en 2011). Il se décompose en un excédent pour les biens (7 Mds €), pour les services (7 Mds €) et pour les revenus (9 Mds €) alors que le solde des transferts est déficitaire (-5 Mds €).

Finlande

Réformes. L’OCDE a publié son Etude économique pour la Finlande. Elle identifie trois défis structurels importants et liés : la soutenabilité budgétaire, la compétitivité et le vieillissement rapide de la population. Les mesures mises en place par le gouvernement (baisse de l’IS à 20% en 2014, accord de modération salariale, plafonnement du Loan-to-Value ratio pour les prêts immobiliers, stimulation du potentiel de « croissance verte ») vont dans le bon sens. Mais deux réformes majeures, celle des retraites et la fusion des municipalités, ont été repoussées. Pour rappel, la Finlande est le second pays de l’UE en termes de part des dépenses publiques, à 56,7 % du PIB en 2012, derrière le Danemark (59,5 % PIB) mais devant la France (56,6 % PIB).

Gouvernance. Le gouvernement vient d’annoncer la création d’un conseil autonome et indépendant en charge du suivi de la politique économique et fiscale dont le mandat porte sur l’appréciation du cadrage macro-économique du budget et sur l’évaluation de l’impact des réformes structurelles.

Islande

Icesave. Le fond islandais de garantie des déposants (TIF) a déclaré le 10 février 2014 que ses homologues britannique (FSCS) et néerlandais (DNB) ont déposé plainte contre lui à la cour de Reykjavik. Les deux organismes réclameraient au total, avec dommages et intérêts, environ 1000 Mds ISK soit 6,5 Mds € ou 2/3 PIB, TIF ne disposant que de 18 Mds ISK. L’agence de notation Moody’s juge que le crédit de l’Etat islandais n’est pas affecté par ce litige, en se basant sur la jugement de l’EFTA de début 2013. Mais la publicité autour de l’affaire pourrait nuire à l’attractivité de l’Islande vis-à-vis des investisseurs étrangers, et retarder la levée des contrôles de capitaux.

UE. Le rapport commandé par le gouvernement sur le processus d’adhésion à l’UE a été publié : il dresse un état des lieux des négociations, gelées depuis janvier 2013, en insistant sur l’impossibilité d’« exemptions » dans la reprise de l’acquis, et décrit le contexte économique et institutionnel de l’UE du point de vue islandais. Un débat parlementaire fixera, courant mars, la position islandaise sur la candidature. Le ministre des Affaires étrangères a qualifié les négociations de « déraisonnable » en raison des procédures imposées par l’UE à l’Islande qui ne tenaient pas compte de son appartenance à l’EEE et des « différences de nature » de l’agriculture et de la pêche en Islande et dans l’UE qui interdisaient de trouver un compromis.

Norvège

Norwegian. Norwegian a publié ses résultats pour 2013 : hausse du chiffre d’affaires de 21 %, à 15,6 Mds NOK (1,9 Mds €), et du nombre de passagers de 17 % (20,7 millions) mais baisse du résultat avant impôts à 437 M NOK ( 52 M€), après 623 M NOK en 2012. Cette baisse tient en partie aux surcoûts liés au lancement des vols long-courriers (216 millions NOK). La compagnie a commandé 4 nouveaux Dreamliners à Boeing (via International Lease Finance Corporation), pour une livraison prévue en 2017 et 2018. Sa flotte long-courriers devrait ainsi atteindre 14 appareils.

Exportations d’armes. Trois partis politiques (Parti socialiste de Gauche, Centre, et Radical) qui représentent en tout 24 sièges sur 169 au Parlement) se sont unis pour demander au gouvernement des règles plus strictes concernant les exportations de composants servant à la fabrication d’armes. Les exportations d’armes norvégiennes représentent chaque année environ 4 Mds NOK, soit 450 M € et 1% de toutes les exportations hors-pétrole.

Balance des paiements. En janvier 2014, la Norvège a connu le plus fort excédent commercial de son histoire, à 48,8 Mds de NOK soit 5,9 Mds €. Les exportations ont atteint 90,2 Mds NOK (+16,5 % par rapport à janvier 2013) et les importations ont baissé de 3,8 % à 41,15 Mds NOK. Hors hydrocarbures, les exportations de l’économie continentale ont aussi atteint un niveau record (33,9 Mds NOK, soit +10,1 %), grâce aux exportations de saumon et de navires. Les importations ont diminué, notamment celles de voitures et de camions. L’économie continentale est toutefois restée en déficit commercial (- 7 Mds NOK), mais moins important qu’en janvier 2013.

Suède

TTIP. Les trois confédérations syndicales suédoises (TCO, LO, SACO) ont publié une tribune présentant leur position commune. Les syndicats suédois sont favorables au TTIP dans son ensemble, estimant que celui-ci devrait soutenir la croissance économique de l’UE et profiter à l’économie suédoise. Cependant, les trois syndicats soulignent leur attachement au respect des droits des travailleurs et souhaitent que les mécanismes de résolution des litiges investisseurs/Etats soient exclus de l’accord transatlantique.

Auto. Depuis le 1er janvier 2012, le gouvernement suédois a mis en place une subvention de 4.700 € pour l’achat d’un véhicule émettant moins de 50 gCO2/km en moyenne et de norme européenne Euro 5 ou 6 (dans la pratique, un véhicule électrique ou hybride). Après 2 ans, seulement 141 « super-primes » ont été versées à des particuliers suédois en raison du coût à l’achat toujours élevé et d’un réseau de recharge très insuffisant. La Ministre Anna-Karin Hatt a annoncé mi-février que le gouvernement suédois envisage d’introduire un bonus-malus similaire au système français, ainsi qu’une nouvelle subvention pour les bornes de recharge.

Rémunérations. Selon l’enquête annuelle de la Confédération générale des ouvriers (LO), le salaire moyen des 50 dirigeants les mieux payés était 46 fois plus élevé que celui d’un salarié en 2012 (51 fois plus élevés en 2007, année record). L’écart de rémunération entre un salarié et les 10 dirigeants de la sphère publique les mieux payés était, en revanche, limité de 1 à 20.

Politique monétaire. L’inflation est tombée à -0,2 % en glissement annuel en janvier 2014. La baisse des prix touche un large éventail de produits (notamment le logement, le mobilier, les véhicules, les communications et les loisirs), si bien que les mesures d’inflation sous-jacentes baissent également tout en restant positives (0,4 % pour le CPIF). La publication de l’inflation, en plus forte baisse qu’attendu, a été suivie d’une dépréciation de 1% en deux jours de la couronne face à l’euro.
Politique budgétaire. Le Ministre des finances Anders Borg a annoncé que le Gouvernement a révisé la prévision de croissance pour 2013 à la baisse à +1,0 % (contre +1,2 % dans la Loi de finances 2014) et maintenue celle pour 2014 à +2,5 %. Le déficit public serait plus important que prévu, à 1,5 % PIB en 2013 et à 1,9 % PIB en 2014 (contre respectivement 1,2 % et 1,5 % dans la Loi de finances 2014).

***
Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité des ambassades de France dans les pays nordiques ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 09/02/2015

Haut de page