La Quinzaine nordique n°43 - 27 mars 2013

Prévisions macroéconomiques. Nordea (chiffres ci-après) et Danske Bank (chiffres en annexe) ont revu leurs prévisions de croissance pour 2013 et 2014, à la hausse pour la Suède (+1,3 % puis +2,6 %, grâce notamment au soutien de la consommation des ménages), marginalement pour la Norvège (+2,6 % puis +2,5 % avec une croissance toujours forte à long terme) et à la baisse pour le Danemark (+0,5 % puis +1,5 %, avec des « failles » dans les exportations mais des réformes structurelles favorables à la croissance) et la Finlande (+0,5 % puis +2,2 % avec une demande intérieure déprimée et une reprise des exportations qui tarde).

JPEG

Danemark

Prévisions macroéconomiques. Les autorités danoises ont révisé hier à la baisse leur prévision de croissance pour 2013 (entre +0,5 % et +1 %, contre +1,2 % précédemment), notamment du fait que le 4ème trimestre 2012 a été bien plus mauvais que prévu (effet base).

Secteur bancaire. Mise en place en janvier 2012, la commission chargée de désigner les établissements financiers systémiques (SIFIs) a dévoilé le 14 mars la liste des six établissements retenus : Danske Bank, Nykredit, Nordea Danmark, Jyske Bank, BRFkredit et Sydbank. Les autorités entendent soumettre ces établissements à des exigences renforcées en termes de capital, de liquidité, de résolution des crises et de bonne gouvernance. Ces exigences devraient être précisées au cours du printemps, après la fin des auditions de la commission, fixée au 19 avril.

Infrastructures ferroviaires. Le gouvernement danois a dévoilé début mars son plan pour les infrastructures ferroviaires. Financé par un nouveau fonds pétrolier imposant les entreprises qui œuvrent dans la Mer du Nord, ce plan de près de 4 Mds€ devrait permettre l’électrification des lignes principales. Le parcours reliant les deux principales villes du pays (Copenhague-Aarhus) serait ainsi réduit de trois quarts d’heure (de 2h45 à 2h).

Finlande

Cadre budgétaire 2014-2017. Le gouvernement a annoncé des mesures fiscales, au 1er chef une baisse de l’IS qui passera de 24,5 % à 20 % (1er janvier 2014) ainsi que les grandes lignes d’un train de réformes structurelles : réorganisation des compétences des municipalités y compris fusions, visant à économiser 1 Md€ sur 2014-2017, réforme de l’allocation chômage, aides additionnelles en faveur du capital-risque, des PME, des entreprises innovantes, notamment TIC. Un ajustement budgétaire supplémentaire de 600 M€ devrait être soumis au Parlement fin mars au terme d’un collectif budgétaire et d’un nouveau cadrage macroéconomique. Le gouvernement veut ainsi promouvoir une politique de l’offre afin d’améliorer la compétitivité et l’attractivité du pays. Toutefois, les bénéfices d’une telle approche ne se feront sentir qu’à moyen-long terme, tandis qu’à court terme les ménages vont devoir consentir des sacrifices en termes de taxes additionnelles (alcools, tabac), et de diminutions de prestations sociales, qui pèseront sur la consommation et donc sur la croissance.

Prévisions macroéconomiques. ETLA, think tank indépendant, prévoit en 2013 une croissance de +0,3 %, plombée par une nouvelle chute de l’investissement (-2,4 %), une faible progression de la consommation (+0,3 %) comme des exportations (+0,5 %). Dans ce contexte de stagnation économique prolongée (-0,2 % de croissance en 2012), la dégradation des finances publiques est importante, avec un déficit du gouvernement central et des municipalités de -4,8 % du PIB en 2012 et -4,7 % prévu en 2013 conduisant à une hausse sensible de la dette publique, à 53 % fin 2012 (contre 49 % fin 2011) et se rapprochant des 60 % à l’horizon 2015.

Commerce extérieur. Pour la 2ème fois depuis 1990, la balance commerciale affiche un déficit, de 2,4 Mds€. Ce déficit se réduit certes par rapport à 2011 (-3,6 Mds€) mais cette évolution est imputable à la contraction des importations (-2 %) dans un contexte de récession économique en 2012 (-0,2 %), tandis que les exportations restent stables. De fait, le pays doit faire face à la crise d’activités traditionnellement exportatrices, telles que le bois-papier ou les TIC et singulièrement la téléphonie mobile dont les ventes continuent de chuter et ne représentent plus que 2,9 % des exportations de biens en 2012, contre 14,5 % en 2007.

Islande

Croissance. Le forum sur la croissance à long terme, créé en février (cf. QN n°40), a rendu son rapport intermédiaire. Les propositions, à réaliser à l’horizon 2030, concernent les finances publiques (renforcement de la discipline budgétaire, dégagement d’un excédent budgétaire avec une cible de dette publique inférieure à 60 % du PIB), la politique monétaire (notamment cible d’inflation à +2,5 %, accroissement de sa communication), le marché immobilier (facilitation de l’accès à la propriété) et le marché de l’emploi.

Norvège

Chantiers navals. Lors de la réunion annuelle de l’Association des armateurs le 14 mars, le Premier ministre, Jens Stoltenberg, a annoncé que le gouvernement débloquera environ 400 M€ sur 10 ans pour la rénovation et la modernisation des ports en Norvège, notamment ceux d’Oslo, de Bergen, de Kristiansand, de Stavanger et de Tromsø. Par ailleurs, début 2013, les armateurs norvégiens avaient passé commandes pour 137 navires, pour une valeur totale de 66 Mds NOK. 2/3 des navires commandés sont destinés au secteur offshore. 40 % de ces commandes sont passés auprès de chantiers navals norvégiens.

Politique monétaire. La Banque centrale maintient son taux directeur à 1,5 % et ne prévoit pas de hausse avant le printemps 2014. Cette décision est basée sur une croissance des prix plus faible que prévu. La Banque centrale s’attend à présent à une inflation de +2 % en 2015 contre +2,5 % prévus en début d’année.

Suède

Prévisions macroéconomiques. Le 27 mars, l’institut de la conjoncture KI a revu ses prévisions de croissance à la hausse pour 2013 (+1,3 %) et 2014 (+2,3 %). Le directeur-général de KI, Mats Dillen, a indiqué qu’il anticipait toujours un effort de relance supplémentaire dans le « budget d’automne » 2013 (PLF2014 qui sera présenté au Parlement fin septembre). Danske Bank et Nordea ont également revu leurs prévisions à la hausse pour la Suède.

Exportations et change. Le PDG du papetier SCA, Jan Johansson, a indiqué dans une lettre au ministre des marchés financiers, Peter Norman, que le niveau élevé de la couronne mettait en péril la compétitivité des exportations suédoises. A contrario, le gouverneur de la Banque centrale, Stefan Ingves, avait indiqué antérieurement à la presse que la couronne se trouvait proche de son niveau d’équilibre.

AstraZeneca. Le géant pharmaceutique anglo-suédois a annoncé le 22 mars de nouveaux licenciements (après la restructuration du site de Södertälje), notamment dans son centre de R&D de Mölndal en Suède.

Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité de l’Ambassade de France en Suède ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 02/04/2013

Haut de page