La Quinzaine nordique n°39 - 23 janvier 2013

Danemark

Conjoncture. La croissance s’annonce négative au 4ème trimestre 2012 : baisse de la production industrielle de -3,1 % sur la période septembre-novembre comparé aux trois mois précédents ; malgré un rebond en novembre, sur trois mois contraction des exportations (-2,9 %) et hausse des importations (+0,3 %) ; ventes au détail stables. Le taux de chômage a atteint à nouveau 7,9 % en novembre et les prévisions restent donc prudentes en ce début 2013.

Politique budgétaire. Après 3 semestres de croissance atone, un débat a été lancé au Danemark sur les marges de manœuvre budgétaires dont disposerait le gouvernement pour adopter de nouvelles mesures de soutien à la croissance. Les prévisions de déficit du gouvernement pour 2013 (-2,5 % du PIB) sont en effet plus pessimistes que celles avancées par la Commission (-2,0 %). Les autorités danoises, qui n’entendent pas dévier de la politique suivie, devraient néanmoins annoncer d’ici mars un « plan emploi » destiné à compléter les mesures en faveur des milliers de demandeurs d’emploi arrivant en fin de droits au cours du 1er semestre 2013.

Endettement des ménages. Selon le rapport du ministère des entreprises et de la croissance du 10 janvier, seuls 5 % des ménages consacreraient plus de la moitié de leur revenu à leurs engagements immobiliers (et représenteraient ainsi 9 % du total de la dette immobilière, soit 15 Mds€). Parmi ces 55 000 ménages, 14 000 (représentant 3 % du total de la dette immobilière, soit 5 Mds€) auraient contracté des prêts à amortissement in fine combinés avec des taux variables. Une remontée des taux d’intérêt d’1 point porterait à 6 % la part des ménages consacrant plus de la moitié de leur revenu à leurs engagements immobiliers.

Voiture électrique. DONG Energy, propriétaire de 17 % des parts de Better Place Danemark, a annoncé mi-janvier 2013 ne pas souhaiter investir davantage dans l’entreprise. Better Place, qui vend en partenariat avec Renault la voiture électrique Fluence Z.E. avec technologie d’échange de batterie, a dû annoncer pour 2012 des chiffres de ventes très décevants. Les analystes du secteur considèrent que le destin de l’entreprise se jouera en 2013.

Finlande

AAA. L’agence Standard & Poor’s a relevé, lundi 14 janvier, la perspective de la note AAA de la Finlande, qui passe de "négative" à "stable". La Finlande est désormais le seul pays de la zone euro à bénéficier de la note maximale assortie d’une perspective stable de la part des 3 agences (Moody’s, Fitch et Standard & Poor’s). La ministre des finances, Jutta Urpilainen, a toutefois rappelé que cette bonne nouvelle était davantage liée à des facteurs extérieurs à la Finlande et que le pays devait encore relever une série de défis liés à la mauvaise conjoncture, à la restructuration de son économie et au vieillissement de sa population.

Nokia. Le groupe finlandais a annoncé la suppression d’environ 300 emplois, principalement en Finlande. Nokia a également indiqué l’externalisation de 800 emplois administratifs (dont 715 basés en Finlande) vers deux sociétés indiennes, Tata Consultancy Services et HCL Technologies.

Finances publiques. L’institut de recherche économique ETLA estime l’écart de soutenabilité (effort, que ce soit en réduisant les dépenses publiques ou en accroissant les recettes, qu’il faudrait réaliser à partir de cette date et de manière pérenne pour stabiliser la dette publique à long terme) entre 1 et 2,5 points de PIB. Cette prévision est nettement plus faible que celles du ministère des finances (3,5 points de PIB), de la Banque de Finlande (4 points) et de la Commission européenne (5,8 % points). Selon ETLA, l’amélioration de la santé des populations âgées diminuera la pression sur les soins de santé et augmentera les possibilités d’allongement des carrières, contenant ainsi les dépenses tout en améliorant l’assiette fiscale.

Islande

Energie. Le Parlement a voté le plan de conservation et d’utilisation des ressources énergétiques. . Celui-ci identifie, pour les 4 prochaines années, les zones utilisables, sous surveillance ou protégées du territoire islandais pour l’exploitation de la géothermie. Si la cartographie retenue déçoit l’industrie et l’opposition (qui la jugent « inacceptable »), ce vote a le mérite de mettre fin, après plus d’une décennie, aux incertitudes sur l’utilisation des zones de ressources énergétiques en Islande. Le Parti de l’Indépendance (opposition) a annoncé qu’il annulerait ce plan s’il remportait les élections.

Adhésion UE. Le gouvernement a décidé de « ralentir » le processus de négociation d’ici les élections législatives du 27 avril, ce qui signifie que les négociations se poursuivent seulement sur les sujets en cours, sans consultation, même interne, sur les chapitres restant à ouvrir (notamment pêche et agriculture). Cette décision répond avant tout à une demande du parti gauche-verts (membre de la coalition au pouvoir) qui espère ainsi enrayer son érosion dans les sondages. Quelques jours plus tard, un sondage indiquait que seulement 48,5 % des personnes interrogées étaient favorables à la poursuite des négociations, contre plus de 60 % l’année passée.

Norvège

Gaz. Statoil a présenté début janvier ses projets concernant le développement et l’exploitation du gisement gazier d’Aasta Hansteen en mer de Norvège pour un montant de 32 Mds NOK. Il sera accompagné de l’oléoduc Polarled d’un coût de 25 Mds NOK pour faire transiter le gaz jusqu’au continent. Détenu par un consortium international associant notamment Statoil, Petoro, Gassco, Total et GDF Suez, Polarled devrait être opérationnel à partir de 2016. Statoil estime que le champ pouvait contenir 47 Mds m3 de gaz, soit près de la moitié de la production gazière totale de la Norvège en 2011. Le gisement devrait commencer à produire du gaz en 2017.

Transport aérien. Selon le PDG de Ryanair, Michael O’Leary, sa compagnie pourrait exploiter des lignes domestiques en Norvège d’ici trois ans, sous condition d’une baisse des taxes aériennes. Ryanair serait alors en compétition avec Norwegian, SAS et Widerøe. Plusieurs syndicats du secteur protestent contre l’entrée de Ryanair sur le marché domestique norvégien, en raison des conditions de travail de ses employés.

Finances publiques. Selon un classement du cabinet Blackrock, spécialisé dans la gestion de capitaux, la Norvège se place en tête des pays les plus solvables du monde. Dans cet index, qui s’appuie sur les indicateurs économiques du dernier trimestre 2012, on trouve la Suède en 4ème place, la Finlande en 5ème et le Danemark en 13ème position.

Hydrocarbures. La production d’hydrocarbures s’est élevée à 224 millions de m3 standard d’équivalent pétrole (Sm3e.p), soit 2 % de plus qu’en 2011, grâce une production record de gaz et malgré une baisse de la production de pétrole plus marquée qu’attendue, en raison de retards dans la mise en exploitation de nouvelles plates-formes et de rénovations sur d’autres. Les projections anticipent que la production combinée de gaz et pétrole se maintiendra en 2012-2017 au niveau de 2008-2012. Le ministre du pétrole et de l’énergie, Ola Borten Moe, s’est déclaré courant janvier favorable à ce que des puits d’exploration puissent voir le jour autour des îles Lofoten dès l’automne 2013. La prospection autour de cet archipel est très controversée, eût égard à son statut de sanctuaire marin prisé des vacanciers.

Suède

Conjoncture. Le 4ème trimestre 2012 devrait afficher une croissance négative du PIB, entre -0,5 % et 1 % en variation trimestrielle, comme en témoignent le recul de la production industrielle (-4,2 % en septembre-novembre par rapport à juin-août) et de l’activité des services (avec notamment un glissement annuel de -2 % en volume en octobre). En revanche, la croissance retournerait autour de 0 % au 1er trimestre 2013, les enquêtes de conjoncture (de la Commission comme de l’institut suédoise de la conjoncture) indiquant un léger rebond du climat des affaires en décembre 2012, tout en restant à un niveau bien inférieur à la moyenne de long terme.

ST-Ericsson. Le géant suédois des télécommunications Ericsson a décidé de vendre sa participation (50%) dans ST-Ericsson, fondée début 2009 avec le franco-italien STMicroelectronics qui avait, lui aussi, annoncé fin 2012 son intention de se désengager de la joint-venture.

Immobilier. La plus importante entreprise de construction de maisons Älvsbyhus (10,5 % de pdm) a accumulé une trésorerie d’environ 80 M€ pour offrir à ses clients des paiements différés pour couvrir les 15 % d’apport exigés par le superviseur financier FI depuis le 1er octobre 2010 (limite de 85 % sur le LTV). FI déplore et critique cette pratique mais estime qu’Älvsbyhus échappe à son champ de supervision. Le 15 janvier, le gouverneur de la Banque centrale, Stefan Ingves, avait appelé de ses vœux l’introduction d’exigences d’amortissement pour les prêts hypothécaires, rencontrant le rejet des banques (à l’exception de Swedbank) et du ministre des marchés financiers, Peter Norman.

Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité de l’Ambassade de France en Suède ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 12/11/2013

Haut de page