La Quinzaine nordique n°37 - 19 décembre 2012

Danemark

Prévisions macroéconomiques. Le gouvernement vient de revoir sensiblement à la baisse ses prévisions pour 2012 et 2013. Au lieu de +0,9 %, la croissance serait finalement négative en 2012 (-0,4 %). Pour 2013, la croissance atteindrait +1,2 %, contre +1,7 % annoncé en août. Ces prévisions sont cohérentes avec celles émises par la Banque centrale. Dans ce contexte, aucun retournement n’est attendu sur le marché du travail avant au plus tôt la mi-2013. Le déficit public atteindrait comme prévu 3,9 % du PIB en 2012 (pour moitié sous l’effet du remboursement des cotisations préretraite et de l’accélération du programme d’investissements publics) et 2,5 % en 2013. Le solde structurel serait quant à lui quasiment à l’équilibre en 2013 (-0,1 %). Après la nouvelle baisse des prix immobiliers constatée en 2012, une stabilisation est attendue à compter de 2013. Pour plus de détails.

DSB. L’entreprise ferroviaire publique danoise a accumulé 2,4 Mds€ de dettes en 2012, et les intérêts payés sur ces dettes grèvent fortement le budget de l’entreprise. Après une tentative infructueuse du gouvernement de se porter garant auprès des banques afin de réduire la charge de la dette, retoquée par la Commission Européenne, l’Etat danois va prêter lui-même à l’entreprise ferroviaire, au taux du marché.

Marché de l’énergie. Natur Energi, énergéticien danois spécialisé dans le renouvelable, vient de déposer une plainte auprès de la Commission Européenne pour concurrence déloyale. En effet, la transposition danoise de la directive sur la libéralisation du marché de l’énergie stipule que le consommateur final doit être informé de la possibilité de changer par son fournisseur actuel d’énergie, qui dans 90 % des cas se trouve être un opérateur historique.

Finlande

Prévisions macroéconomiques. Alors que la Finlande est, selon l’institut finlandais de la statistique, entrée techniquement en récession avec 2 trimestres consécutifs de contraction du PIB (-1,1 % et -0,1 % respectivement aux 2ème et 3ème trimestres), la Banque centrale révise fortement à la baisse ses prévisions de croissance pour 2012 (-0,3 %) et 2013 (-0,4 %). La compétitivité du pays est montrée du doigt (baisse de -1,9 % des exportations prévue en 2012), et le gouverneur M. Liikanen insiste sur « la nécessité d’accélérer les réformes pour accroître la compétitivité, réduire le chômage et stabiliser les finances publiques ».

Réformes structurelles. Le Premier ministre, M. Katainen (conservateur) presse les syndicats de parvenir à un accord sur le relèvement de l’âge de départ à la retraite (actuellement 63-68 ans), avant les négociations gouvernementales sur le cadre budgétaire en mars prochain. Au printemps dernier, le patronat et les grandes confédérations syndicales avaient conjointement décidé de se donner l’horizon 2013 pour trouver un compromis sur l’allongement des carrières professionnelles. Si le gouvernement venait à prendre lui-même une décision concernant le relèvement de l’âge minimum de départ à la retraite, cela constituerait une rupture avec la politique traditionnelle de consensus.

Impôt sur les sociétés. Le patronat (EK) incite le gouvernement à diminuer le taux de l’impôt sur les sociétés, actuellement de 24,5 %. EK estime que la Finlande devrait ainsi suivre l’exemple de la Suède (cf. QN n°31 du 26/09/2012) afin d’améliorer la compétitivité des entreprises finlandaises. L’impôt sur les sociétés représente 9 % des recettes de l’Etat soit 4,2 Mds€ attendus en 2012.

Islande

PIB 2012T3. Le 7 décembre, l’institut de la statistique a publié la 1ère estimation du PIB pour le 3ème trimestre 2012, avec une très forte croissance de +3,5 % (en variation trimestrielle sur données désaisonnalisées) et +2,1 % sur un an (en glissement annuel sur données brutes). Même si la lecture des comptes nationaux trimestriels est rendue difficile par leur volatilité (variations trimestrielles désaisonnalisées allant de -6,1 % à +4,3 % sur les 5 derniers trimestres), la croissance du PIB pourrait atteindre +2,5-2,7 % en moyenne annuelle en 2012 et la baisse nette et tendancielle du chômage (4,9 % en octobre 2012, contre 7,6 % en moyenne en 2010) confirme la reprise économique.

Adhésion UE. Le 18 décembre s’est tenue à Bruxelles la 5ème conférence intergouvernementale d’adhésion de l’Islande. Elle a vu l’ouverture de six chapitres (libre circulation des marchandises, fiscalité, politique économique et monétaire, politique régionale et coordination des instruments commerciaux, environnement, relations extérieures), portant à 27 (sur 33) le nombre de chapitres ouverts, dont onze sont provisoirement clos.

Norvège

Norwegian. La compagnie aérienne Norwegian vient de lancer des vols à destination de Bangkok et de New-York depuis Oslo. Sur ces lignes, elle souhaiterait employer du personnel non-norvégien aux conditions thaïlandaises et américaines. Or, les personnels étrangers des compagnies norvégiennes, même juste en attente de leur vol-retour, doivent disposer d’une autorisation de séjour et sont donc soumis au droit du travail norvégien. Pour Norwegian, cette législation leur est un handicap commercial car les compagnies étrangères qui effectuent des liaisons similaires ne sont pas soumises à ces contraintes. Elle a donc pris contact avec le ministère du travail pour une modification de la réglementation. Elle a, par ailleurs, indiqué qu’elle pourrait décider de se délocaliser (notamment en Suède) si elle n’obtient pas gain de cause. La confédération syndicale LO a répondu en menaçant Norwegian de boycott si la compagnie a gain de cause.

NOK. La couronne norvégienne (NOK) a atteint son plus haut historique début décembre, selon l’index I-44. Il s’agit d’un taux de change effectif nominal calculé sur la base du cours de la NOK face aux monnaies des principaux partenaires commerciaux de la Norvège (moyenne géométrique pondérée par les importations en provenance des 44 principaux partenaires commerciaux). Plus la couronne norvégienne s’apprécie, plus l’index chute et c’est donc un niveau historique qui a été atteint à 85,25 début décembre. Beaucoup d’analystes s’attendent à ce que l’appréciation de la couronne se poursuive, notamment car la devise constitue un bon compromis pour les investisseurs cherchant un placement avant tout sûr, sécurisé par des actifs sous-jacents et des finances publiques saines. Le volume de transactions autour de la NOK est toutefois trop faible pour qu’elle devienne une vraie valeur refuge.

Suède

Politique monétaire. Comme anticipé par le marché, la Banque centrale a baissé le 18 décembre 2012 son taux directeur de 25 pdb, à 1,0 %, et a de nouveau revu à la baisse la trajectoire indicative de taux. Le gouverneur, Stefan Ingves, a en revanche indiqué que le ralentissement attendu en 2013 serait de faible ampleur et de courte durée, à l’image de 2001 plutôt que de 2008, et que le taux directeur ne baisserait a priori pas en-dessous de son niveau actuel de 1,0 %.

Prévisions macroéconomiques. Le 19 décembre, l’institut de la conjoncture (KI) a publié son bulletin trimestriel, revoyant fortement à la baisse sa prévision de croissance pour 2013, à +0,8 %. Contrairement à la Banque centrale, KI anticipe un ralentissement long et une nouvelle baisse de 25 pdb du taux directeur en 2013.

Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité de l’Ambassade de France ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 20/12/2012

Haut de page