La Quinzaine nordique n°28 - 5 juillet 2012

Réactions au Conseil européen. Réactions prudentes au Danemark et en Suède qui souhaitent rester activement engagés dans les prochaines discussions sur la mise en place d’une union bancaire. En revanche, le gouvernement finlandais est beaucoup plus critique et a informé son parlement qu’avec les Pays-Bas, il s’opposerait à l’achat d’obligations d’Etat sur le marché secondaire par le Mécanisme européen de stabilité (MES).

Conseil nordique. Les ministres des finances de la zone nordique se sont réunis à Oslo le 2 juillet et ont examiné le rapport d’un groupe de travail sur l’application de la réglementation Bâle III / CRD IV dans leurs pays. L’intégration bancaire importante entre ces pays pousse à une mise en œuvre commune de ces nouvelles règles et à une meilleure prise en compte des filiales dans les autres pays. Ils se sont également mis d’accord pour poursuivre leur travail commun sur l’évaluation des risques liés aux crédits hypothécaires, très nombreux dans ces pays, dans les calculs d’exigence de capital.

Danemark

Réforme fiscale. Un accord a été conclu le 22 juin entre le gouvernement de centre-gauche et une partie de l’opposition. Entièrement financée, notamment par l’accroissement de la pression fiscale sur l’épargne-retraite, cette réforme fiscale repose sur un allègement de l’imposition sur les revenus du travail de près de 2 Mds€ d’ici 2022 (les deux tiers de cet allègement étant mis en œuvre dès 2013). L’accord suscite des remous au sein de la coalition parlementaire au pouvoir et augure une rentrée politique houleuse.

Conjoncture. Le taux de croissance sur le 1er trimestre 2012 a été légèrement corrigé à la hausse (+0,4 % contre +0,3 % annoncé précédemment). Sur un an, la croissance ne serait que de +0,3 %. L’indice de confiance des ménages a enregistré sa deuxième baisse mensuelle consécutive, à -2,6 en juin contre -0,4 en mai. La production industrielle, sur la période février-avril, a diminué de -1,4 % par rapport à la période novembre-janvier. Les ventes de détail ont légèrement augmenté entre avril et mai, mais restent orientées à la baisse (-2,2 %) sur un an. Le taux de chômage (Eurostat) évolue à la hausse depuis janvier, à 7,8 % en mai.

Finlande

PIB. Les nouvelles prévisions de croissance du ministère des finances sont proches de celles de la Banque centrale publiées quelques jours auparavant : +1,0 % en 2012 et +1,2 % en 2013, portée quasi exclusivement par la consommation avec une stagnation des exportations et un recul de l’investissement (-1,2 % en 2012 avant une légère reprise en 2013 à +0,9 %). Le chômage augmenterait peu, de 7,9 % à 8,1 %. L’inflation passerait de +2,7 % à +2,5 %, la modération salariale atténuant les effets inflationnistes des différentes augmentations de taxes.

Confiance des ménages. La confiance des consommateurs dans la situation de l’économie finlandaise s’est considérablement affaiblie, à 5,8 en juin contre 12,0 en mai. Seules 21 % des personnes interrogées pensent que la situation devrait s’améliorer dans les douze mois prochains et 40 % estiment que la conjoncture risque de se détériorer.

Notation. L’agence de notation Fitch a confirmé la note de crédit de la dette souveraine finlandaise à AAA avec une perspective stable. Dans son argumentation, l’agence avance la stabilité politique et sociale du pays ainsi que la solidité du secteur bancaire de par sa faible exposition aux économies les plus fragiles de la zone euro.

Islande

Election présidentielle. Le Président de la République, Ólafur Ragnar Grímsson, a été reconduit le 30 juin 2012 pour un 5ème mandat (un record), par 52,78 % des voix (contre 33,16 % pour le 2ème meilleur résultat). M. Grímsson avait usé de son droit de veto par deux fois pour soumettre au référendum les accords Icesave adoptés par le Parlement.

Chômage. Après l’excellente croissance du 1er trimestre 2012 (+2,4 %), une autre bonne nouvelle concerne le chômage, qui baisse beaucoup plus vite qu’anticipé, à 4,9 % en mai (BIT, désaisonnalisées). Le chômage de longue durée (plus d’un an) reste faible mais ne baisse pas.

Suède

Almedalen. Cette semaine (du 2 au 6 juillet) et comme chaque année depuis qu’Olof Palme en a pris l’initiative, l’élite politique, économique et culturelle suédoise se réunit à Visby, sur l’île de Gotland, pour une série de plus de 1.800 conférences couvertes par plus de 600 journalistes.

Politique fiscale. Le parti d’extrême-droite SD a annoncé en amont de la semaine d’Almedalen qu’il était prêt à soutenir une nouvelle (la 5ème) baisse de l’IR. Cette mesure, annoncée dès 2010 et finalement écartée du fait de la conjoncture dégradée, reste peu probable puisque SD reste un allié incommode pour le gouvernement de centre droit et que le Premier ministre, Fredrik Reinfeldt, a annoncé que le PLF 2013 serait plutôt centré sur les infrastructures et la R&D.

Taux directeur de la Banque centrale. La Riksbank a laissé inchangé à 1,50 %, mercredi 4 juillet, son principal taux directeur.

Gestion publique. Suite aux révélations de notes de frais abusives (voyages, conférences…), les directeurs-généraux des fonds de réserve (AP-fonds) ont été convoqués par le ministre des marchés financiers, Peter Norman, pour mettre en place un cadre commun.

***

Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité de l’Ambassade de France ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 25/10/2012

Haut de page