La Quinzaine nordique n°26 - 6 juin 2012

Compétitivité. Selon le nouveau classement suisse IMD, en 2012, les pays nordiques sont parmi les pays les plus compétitifs au monde : Suède en 5ème position, Norvège en 8ème, Danemark en 13ème
et Finlande en 17ème position. Le dernier classement du même type effectué par le Forum de Davos (WEF) plaçait l’an dernier la Finlande en 4ème position.

Banques. L’agence Moody’s a poursuivi et conclu sa revue des notations des banques européennes avec les pays nordiques. Plusieurs banques ont été dégradées d’un cran (Nordea et Handelsbanken en Suède, DNB en Norvège, OP-Pohjola en Finlande), au titre de leur dépendance aux refinancements de marché, notamment en devises, et du contexte économique général. Danske Bank et plusieurs instituts hypothécaires danois ont été dégradés de deux voire trois crans, en lien avec les difficultés domestiques de l’économie danoise, et les expositions de Danske Bank en Irlande.

Danemark

Présidence de l’UE. Une conférence sur l’accès au marché des entreprises européennes dans les pays émergents est organisée le 13 juin par Dansk Industri, la Présidence danoise et la Commission européenne. Cette conférence sera l’occasion d’échanger sur les instruments de libre-échange de l’UE et les barrières tarifaires et non tarifaires au commerce dans différents secteurs, notamment produits verts, pharmaceutique et services.

PIB. Croissance du PIB de +0,3 % au 1er trimestre 2012. Ce chiffre signifierait une sortie de la récession technique enregistrée sur les 2 derniers trimestres 2011 (respectivement -0,1 % et -0,2 %). Sur un an, la croissance serait de +0,2 %, la prévision 2012 étant révisée à +1,1 %.

Consommation. Les ventes au détail ont fortement baissé : -1 % de mars à avril, et -6,4 % sur un an.

Compétitivité. La productivité aurait augmenté de +1,3 % entre 2010 et 2011, selon les statistiques danoises officielles. Cette hausse modérée couplée à la forte augmentation de l’année précédente compenserait la chute de productivité enregistrée en 2008 et 2009. Cette tendance confirme les chiffres positifs annoncés par l’OCDE, mais reste à confirmer sur le long terme.

Politique monétaire. Le 31 mai, la banque centrale a abaissé son principal taux directeur à 0,45 % (niveau le plus bas de l’histoire).

Finlande

Commerce extérieur. Au 1er trimestre, les importations finlandaises ont progressé en valeur de +1 %, les exportations sont restées au même niveau. En mars les importations ont régressé de -10 % et les exportations de -1 %. Le déficit de la balance commerciale a augmenté de 891 M€ à 1.021 M€.

PIB. La croissance du PIB au 1er trimestre 2012 (statistiques préliminaires) a été de +0,8 % par rapport au trimestre précédent (données désaisonnalisées) et de +1,7 % sur un an. Au niveau de la production, on a noté une baisse de la valeur ajoutée de -2,2 % dans l’industrie manufacturière et une hausse de +2 % dans la construction. On a enregistré une augmentation de +2,3 % dans les services et de +8,1 % dans le commerce. Les exportations ont connu une baisse de -0,2 % en volume par rapport au 1er trimestre 2011 et une hausse de +3,7 % par rapport au dernier trimestre 2011. La consommation privée, principal moteur de
la croissance, a progressé de +2,7 % par rapport au trimestre précédent. Les investissements ont pour leur part progressé de +0,3 % par rapport au trimestre précédent.

Islande

Icesave. Le 31 mai, le comité de résolution de la banque mise en faillite Landsbanki a effectué un deuxième versement de 162 Mds ISK (1 Md€) au profit notamment des fonds de garantie des dépôts britanniques et néerlandais. Après le versement de 432 Mds ISK du 2 décembre 2011, le comité de résolution a ainsi indemnisé 43% des créances prioritaires et a annoncé, à cette occasion, que le montant des actifs recouvrés était désormais supérieur de 122 Mds ISK au total des créances prioritaires.

Politique monétaire. L’enquête trimestrielle de la Banque centrale confirme que les anticipations d’inflation restent très élevées, au-dessus de +5 % à deux ans, soit bien au-delà de la cible de 2,5 % de la Banque centrale. Pour mémoire, l’inflation a atteint +5,4 % en glissement annuel en mai, en retrait d’un point par rapport à avril.

Norvège

Grève dans le secteur public. Samedi 2 juin, au matin, le négociateur national a réussi à mettre fin à la grève pour deux syndicats dans la fonction publique nationale, après 9 jours de paralysie des services publics. Un troisième, en revanche, poursuit la grève. Les grévistes souhaitaient des augmentations comparables à celles obtenues dans le secteur de l’industrie et sont finalement parvenus à un accord avec +4,1 % d’augmentation pour le cadre général (pour mémoire, l’inflation était de +1,2 % en Norvège en 2011) et une clause visant à maintenir un développement similaire des salaires dans l’industrie et dans la fonction publique. Cette grève était la première depuis plusieurs années (pas de conflit lors des négociations salariales de 2008 et de 2010).

Investissements. Le baromètre économique des entreprises montre que la Norvège continentale (hors secteur des énergies fossiles) table sur un niveau historiquement bas des investissements en 2012 et en 2013, selon NTB (la principale agence de presse norvégienne). Le syndicat patronal NHO craint un déclin de l’industrie exportatrice traditionnelle. Là où les entreprises liées à l’industrie pétrolière et gazière prévoient d’augmenter de 4% leur masse salariale pendant cette période et des investissements en croissance de 12 % en 2011, les entreprises d’autres secteurs se préparent à une baisse des bénéfices, des embauches et des investissements.

Suède

PIB. La croissance du PIB a atteint +0,8 % en variation trimestrielle au 1er trimestre 2012, bien au-delà des anticipations du consensus et malgré une contribution très négative des stocks (-1,1 point). L’activité a été tirée par le commerce extérieur (contribution de +0,7 point à la croissance du PIB), l’investissement (+0,6 point) et la consommation des ménages (+0,5 point). Cette très bonne performance de début d’année ne remet pas en cause la perspective d’un net ralentissement en 2012.

Péage urbain à Göteborg. Après Stockholm, entourée d’un péage urbain depuis 2006 (coût par passage de 1,10 € à 2,20 € aux heures de pointe, 84 M€ de recettes annuelles versées au budget général), la ville de Göteborg se dotera d’un dispositif équivalent dès le 1er janvier 2013. Pourtant très critiquée lors de son introduction, la taxe sur la congestion obtient aujourd’hui un large soutien de la population en raison de son impact sur le trafic (-20 %) et sur l’environnement urbain.

***

Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité de l’Ambassade de France ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 25/10/2012

Haut de page