La Quinzaine nordique n°21 - 11 avril 2012

Séminaire nordique à Bercy Les services économiques des pays nordiques organisent un séminaire technique le vendredi 13 avril à Bercy, de 10h à 14h, sur trois thèmes : la protection sociale, bulles immobilières et réponses prudentielles et macro-prudentielles, enseignements de la crise nordique des années 1990.

Danemark

Récession technique. D’après les dernières statistiques, le PIB aurait finalement reculé de -0,1 % au 3ème et au 4ème trimestre 2011, ce qui constitue formellement un retour en récession. Il avait auparavant été annoncé que la croissance était redevenue légèrement positive au 4ème trimestre. Sur l’année 2011, la croissance reste inchangée, à +1,0 %.

Présidence de l’UE. A la suite de la réunion informelle des ministres européens sur l’emploi, la politique sociale, la santé et les consommateurs (EPSCO), une conférence « Jeunesse : emploi et inclusion en temps de crise » sera organisée à Horsens les 26 et 27 avril. La Présidence danoise veut insister sur la nécessité d’accentuer les efforts déployés auprès des jeunes, face aux défis que va rencontrer le marché de l’emploi européen du fait des évolutions démographiques.

Productivité. Alors que le gouvernement danois vient de mettre en place une commission pour relancer la productivité au Danemark (après une évolution comparativement défavorable depuis les années 90), les derniers chiffres de l’OCDE révèlent une hausse de la productivité de +3,3 % en 2010, contre seulement +1,8 % en moyenne dans la zone euro. Pour l’industrie uniquement, la productivité a augmenté de +9,4 % en 2010 et de +6 % en 2011.

Finlande

Perspectives macroéconomiques. Le ministère des finances a revu sensiblement à la hausse ses prévisions le 4 avril par rapport à décembre 2011 : croissance de +0,8 % en 2012 (contre +0,4 % précédemment) et de +1,5 % en 2013. L’investissement devrait néanmoins diminuer de -1 %, après une hausse de +4,6 % en 2011. Le chômage augmenterait à peine, à 8 % en 2012 après 7,8% en 2011. Le déficit public resterait limité à 1,1 % du PIB en 2012 et 0,5 % en 2013. Le LIER, think tank proche de la confédération SAK, est nettement plus optimiste, avec une croissance de +1,9 % cette année et de +2,6 % l’année prochaine.

Islande

Prévisions macroéconomiques. L’institut islandais de la statistique a publié le 30 mars une actualisation de ses prévisions de croissance : +2,6 % en 2012 et +2,5 % en 2013, en ligne avec la prévision de la Banque centrale.

Financement de l’Etat. Le Trésor islandais a publié le 30 mars une actualisation de sa stratégie de gestion à moyen terme de la dette de l’Etat (2012-2015), sans grands changements par rapport au document de février 2011. L’Islande souhaite allonger la maturité moyenne de sa dette publique, typiquement au-delà de 4 ans.

Norvège

Pétrole. La prospection va de plus en plus vers le Nord. Le ministère du pétrole vient de lancer l’appel à propositions pour des attributions de blocs d’exploration pétrolière dans des zones proches des exploitations existantes. Les zones retenues montrent l’intérêt grandissant pour l’exploration en zone arctique, puisque sur les 48 blocs ouverts, 33 se situent en mer de Barents, à proximité des champs de Snoehvit. Ils ont tous fait l’objet d’une étude d’impact visant à concilier exploitation pétrolière, pêche et protection de l’environnement. Pour la première fois, une consultation publique vient d’être lancée sur ces 48 blocs et doit permettre d’améliorer encore la pertinence de l’attribution, prévue en 2013.

Fonds pétrolier. Le ministre des finances, dans son rapport au Parlement sur la gestion du fonds pétrolier, qui n’a eu qu’un retour négatif de -2,5 % en 2011, propose de modifier la stratégie de placement de ce fonds (de 462 Mds€ fin mars 2012) afin de mieux tenir compte de l’évolution économique. Les titres à revenu fixes (35 % de la valeur du fonds) seraient limités aux obligations d’entreprises pour 30 % et aux obligations souveraines pour 70 %, réparties non plus en fonction de la taille du marché obligataire, mais en fonction du PIB. Les actions (60 % de la valeur du fonds) seraient attribuées en fonction de la valeur des bourses et non plus selon des critères géographiques stricts (50 % actuellement en Europe pour les actions par exemple). Cela devrait conduire à diminuer la part européenne du fonds, de 60 % à 40 % pour les obligations et de 50 % à 38 % pour les actions. La part des émergents croîtrait de façon importante.

Suède

Fiscalité. Le ministre des finances suédois a présenté fin mars son projet de renforcement de la lutte contre les pratiques abusives en matière de transferts intra-groupe, notamment en limitant les possibilités de déductions d’intérêt pour les prêts intra-groupe aux seuls cas où le pays d’origine du prêt est lui-même lié à la Suède par un accord fiscal (ou relève de l’EEE et présente un taux d’IS d’au moins 10 %). Les ressources supplémentaires permettront de financer en partie la baisse du taux de l’IS de 26,3 % actuellement à environ 24 %.

Politique budgétaire. Le ministre des finances, Anders Borg, présentera au Parlement le 16 avril le « budget de printemps », qui actualisera les prévisions macroéconomiques et le cadrage budgétaire pour 2012-2014.

***

Les éléments contenus dans cette quinzaine nordique ne sauraient d’aucune manière engager la responsabilité de l’Ambassade de France ou de la Direction Générale du Trésor.

Dernière modification : 24/07/2012

Haut de page