La Quinzaine nordique n°17 - 15 février 2012

Tableau de bord UE La Commission européenne a publié hier le premier « tableau de bord » (scoreboard) constitué d’une dizaine d’indicateurs permettant d’identifier (dans le but de les corriger) les déséquilibres macro-économiques dans l’UE (endettement, compétitivité…). Les pays nordiques feront l’objet d’un suivi renforcé au titre notamment du risque de bulle immobilière.

Northern Future Forum Les 8 et 9 février, les chefs de gouvernement des pays nordiques et baltes, ainsi que du Royaume-Uni (qui avait organisé la 1ère réunion dans ce format en 2011), se sont réunis dans le cadre d’un forum (inspiré du forum économique mondial de Davos) dont les principaux thèmes étaient l’égalité des sexes (notamment au travail) et l’emploi des seniors. Ce mini-sommet était également l’occasion d’afficher une collaboration renforcée autre que le couple franco-allemand.

Danemark

Accord sur la convention collective biannuelle Une augmentation du salaire minimum de 1,35 DKK par heure a été décidée entre le syndicat CO-industri et la Confédération des industries danoises (DI). Cette convention collective concerne 6.000 entreprises et 240.000 employés. Le taux horaire du plus bas salaire passerait de 106 DKK à 108,7 DKK (+2,5 %) d’ici deux ans, mais les salaires doivent encore être négociés localement. Cela correspondrait à une légère baisse des salaires réels (+2,8 % d’inflation en janvier). L’accord comprend aussi des améliorations des droits des employés, notamment sur la formation.

Commerce extérieur Hausse des échanges de biens en 2011, +11,4 % pour les exportations (+4,6 % de novembre à décembre) et +10,4 % pour les importations. Les exportations stagnent en revanche vers la France (+0,1 % selon les douanes françaises).

Balance courante L’excédent courant atteint un sommet historique en 2011, à 118,7 Mds DKK, soit presque 7 % du PIB, en raison notamment de la faiblesse des importations.

Présidence de l’UE Une conférence « Un marché intérieur numérique en 2015, moteur de croissance économique et d’emploi » se tiendra les 27 et 28 février à Copenhague, en présence du ministre danois des entreprises, Ole Sohn.

Finlande

Réforme des communes Un groupe de travail présidé par la ministre des collectivités locales vient de proposer une vaste restructuration des communes visant à en supprimer 260 sur les 336 existantes. Ce projet, qui va beaucoup plus loin que les réformes déjà engagées depuis plusieurs années, est critiqué par l’opposition ainsi que par plusieurs partis de la coalition.

Commerce extérieur Selon des données encore provisoires, les exportations finlandaises atteignent 56,6 Mds€ en 2011, soit une progression en valeur de +8 %. Les importations (60,1 Mds€) ont augmenté de +16 %. La balance commerciale, excédentaire de 539 M€ en 2010, a été déficitaire de 3,5 Mds€ en 2011.

PrivatisationLa ministre en charge des sociétés d’Etat vient de déclarer que le gouvernement envisage de renoncer à détenir la majorité du capital de la compagnie aérienne Finnair (il détient 56 % environ des actions). La compagnie nationale finlandaise a de son côté indiqué qu’elle cherchait un partenaire pour les lignes en Europe.

Nokia L’annonce de la suppression de 1.000 postes dans l’usine de Salo porte à 5.000 le nombre d’emplois récemment supprimés par Nokia et Nokia Siemens Network en Finlande.

Assurance Les assureurs mutualistes Tapiola et Lähivakuutus vont fusionner début 2013, pour former le 1er groupe d’assurance-risque en Finlande, avec une part de marché de l’ordre de 30 %. La nouvelle entité assurera également des services bancaires et de placements.

Islande

Data center Après les fonderies d’aluminium, l’Islande s’apprête à exploiter son énergie 100 % renouvelable et bon marché (contrat sur 12 ans à 3,25 centimes d’euro le KWh, soit 75 % environ du tarif européen moyen) pour alimenter des data centers. Après seulement quatre mois de construction (au Royaume-Uni), le 2nd data center islandais a ainsi été livré à l’opérateur Verne Global.

Crise de 2008 et fonds de pension Une commission parlementaire spécifique a publié un rapport sur l’impact de la crise de 2008 sur les fonds de pension islandais. Les méthodes et le management des fonds dans les mois précédant l’éclatement de la bulle de crédit y sont sévèrement critiqués. Les pertes sont estimées à 480 Mds ISK (environ 30 % du PIB, soit une perte d’environ 12.000€ sur le capital-retraite de chaque assuré), dont 100 Mds ISK pour le fonds de pension des agents publics (LSR) que l’Etat islandais devra recapitaliser à hauteur de 48,4 M€ par an durant les 40 prochaines années.

Politique monétaire Le 9 février, la Banque centrale d’Islande a décidé de laisser son taux directeur inchangé, à 4,75 %, estimant que les perspectives pour l’économie réelle avaient peu évolué depuis sa précédente décision de novembre 2011. La Banque centrale a relevé le regain d’inflation (+6,5 % en janvier) et anticipe un retour plus tardif à la cible d’inflation de +2,5 % qui devrait appeler des relèvements de taux dans les prochains mois.

Levée du contrôle des mouvements de capitaux La Banque centrale d’Islande a annoncé son calendrier pour les prochaines enchères qui rassembleront en un seul événement les deux « jambes » (1/ achat de devises en échange de bons du Trésor islandais ou d’investissements sur 5 ans en Islande, et 2/ achat de couronnes islandaises offshore) : 28 mars, 9 mai et 20 juin.

Différend maquereau Le 5ème tour de négociations sur le partage du quota de maquereau dans la zone Atlantique nord (UE, Norvège, Islande, Îles Féroé, Russie) face à la surpêche de l’Islande et des Îles Féroé se tient à Reykjavik du 14 au 17 février. Les 1ers débats ne semblent pas annoncer de rapprochement des positions. En cas d’échec des négociations, chacune des parties déterminera ses propres quotas de pêche pour l’année 2012 (UE et Norvège étant liées par un accord bilatéral).

Norvège

Commerce extérieur Malgré une balance commerciale hors hydrocarbures, navires et plates-formes pétrolières encore déficitaire de 131,5 Mds NOK, le commerce extérieur norvégien continue sa croissance en 2011. 9ème exportateur mondial de pétrole et 2ème exportateur mondial de gaz naturel, la Norvège a, malgré une baisse des volumes exportés, tiré bénéfice de la hausse du prix du baril. Elle affiche ainsi un excédent commercial de 392,5 Mds NOK, en hausse de +16,7 % par rapport à 2010.

Banques DNB, principale banque norvégienne contrôlée à 34 % par l’Etat norvégien, a vu son bénéfice net reculer de -12,4 % en 2011, à 13 Mds NOK (1,7 Md€) contre 14,8 Mds NOK un an plus tôt. En 2011, DNB a provisionné 3,4 Mds NOK pour pertes sur crédit, soit plus qu’en 2010 (3 Mds NOK), notamment au 4ème trimestre (926 MNOK contre 529 MNOK un an plus tôt), traduisant un certain ralentissement des affaires, surtout hors de Norvège (20 % des activités de DnB). Pour renforcer les fonds propres (objectif de Core Tier 1 de 10 % fin 2012 contre 9,4 % fin 2011), la direction a proposé un dividende par action de 2 NOK, soit la moitié de celui de l’an passé.

Echanges bilatéraux Après une reprise poussive en 2010, les échanges franco-norvégiens augmentent à nouveau rapidement en 2011, au désavantage de la France dont le déficit augmente de +34,5 % et atteint 5,3 Mds€, soit le 5ème déficit bilatéral de la France (et même le 4ème déficit bilatéral en corrigeant, comme le font les statistiques norvégiennes, les importations d’hydrocarbures qui transitent par la Belgique). Les importations d’hydrocarbures (73 % des importations françaises depuis la Norvège) en sont naturellement la cause. Les exportations françaises vers la Norvège marquent une hausse de +4,3 %, à 1,5 Md€. La Norvège est ainsi le 44ème client de la France, principalement dans les matériels de transports (22 %), les machines industrielles et agricoles (13 %) et l’agroalimentaire (11 %).

Innovation La Norvège sort mal placée du classement de l’UE sur l’innovation et entre dans la catégorie des pays ayant un niveau d’innovation modéré. Selon le rapport de la Commission, la Norvège est bien positionnée concernant le capital humain, l’ouverture, la qualité et l’attractivité des systèmes de recherche et un accès relativement aisé des entrepreneurs au capital et à l’assistance. En revanche, le rapport met en lumière une forte chute des investissements privés dans l’innovation non liée à la R&D et à la vente de nouveaux produits. La Norvège est aussi mal positionnée le nombre de brevet et le nombre de PME commercialisant des produits ou services innovants.

Suède

Flexibilité du travail Dans une tribune, les ministres suédois des finances, du travail et de l’économie, ont répondu favorablement à l’appel des syndicats et de la confédération des employeurs (Svensk Näringsliv) de pérenniser le cadre utilisé durant la crise économique pour limiter l’ajustement de l’emploi à la baisse d’activité (baisses de salaire en échange de réduction du temps de travail). Les partenaires sociaux souhaitent que l’Etat participe à un tel dispositif, en supportant une partie du coût. Une commission spécifique sur ce sujet rendra son rapport à l’automne.

Retraite A l’occasion du Northern Future Forum, le Premier ministre suédois, Fredrik Reinfeldt, a invité à une nouvelle réflexion sur l’emploi des seniors (et la 2ème carrière) et les retraites, suggérant publiquement que les Suédois devraient travailler jusqu’à 75 ans à l’avenir. Si l’âge « taux plein » de 65 ans pour toucher le minimum vieillesse n’est a priori pas remis en question, le PM suédois est intéressé par la réforme danoise récente en matière d’indexation de l’âge d’ouverture des droits (61 ans en Suède) sur les gains d’espérance de vie.

Banques Les 4 grandes banques suédoises affichent de très bons résultats en 2011 (60,6 Mds SEK au total, soit 6,7 Mds€), portés notamment par les marges de taux d’intérêt sur les prêts hypothécaires. Le ministre des finances, Anders Borg, a dénoncé des profits provoquants, fruits de la baisse des taux directeurs non répercutée sur les clients, et a appelé le superviseur à accentuer la pression sur les banques.

Astra Zeneca Le groupe pharmaceutique (issu de la fusion du suédois Astra et du britannique Zeneca) a annoncé la fermeture de son département de recherche en neurosciences (suppression de 1.100 à 1.200 postes de chercheurs) de son centre de R&D de Södertälje (au sud de Stockholm). Même si cette décision a été justifiée par les perspectives de vente et non à l’environnement suédois (jugé toujours favorable à la R&D), elle constitue en pratique une délocalisation d’un pilier du modèle économique suédois (puisque un département similaire pourrait être ouvert au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis) qui inquiète l’ensemble de la classe politique.

AP-fonds Le 3ème fonds de réserve pour les retraites (AP-fond) est devenu 1er actionnaire (25 %) d’un consortium d’investissement de 12,6 Mds SEK (1,4 Md€) dans l’immobilier en Bavière (notamment autour de Stuttgart).

Dernière modification : 11/09/2012

Haut de page