La Quinzaine nordique n°123

La Quinzaine nordique est réalisée par le Service économique régional deux fois par mois. Elle rassemble des brèves économiques et financières sur les cinq pays nordiques

Pays nordiques

PNGDoing Business. Trois pays nordiques se situent à nouveau cette année dans le top 10 du classement « Doing business 2017 » de la Banque Mondiale sur l’environnement des affaires, reposant sur un grand nombre de critères réglementaires (création d’entreprise, permis de construire), juridiques (exécution des contrats, règlement de l’insolvabilité), financiers (accès au crédit), logistiques (raccordement à l’électricité) et fiscaux (taux d’imposition, transferts de propriété). Le Danemark arrive au 3ème rang (2ème en 2016), la Norvège est 6ème (8ème en 2016) et la Suède 9ème (inchangé). La Finlande occupe, pour sa part, la 13ème place (12ème en 2016) alors que l’Islande est classée 20ème (18ème en 2016).

Fintech. Le cabinet d’audit KPMG a publié sa liste des 100 leaders mondiaux de la Fintech en 2016 qui compte cette année quatre groupes nordiques : les suédois Klarna (11ème), Izettle (32ème) et Tink (98ème) et le danois New Banking (82ème). Trois entreprises françaises figurent dans cette même liste : Lendix, Leetchi et Fluo.

Danemark

Plan économie 2025. Le premier ministre Lars Løkke Rasmussen a annoncé la suspension des négociations au parlement sur le plan économie 2025 jusqu’en 2017. En effet, les discussions sur le programme de réformes proposé par le gouvernement libéral (cf. QN n°119) se trouvaient dans une impasse en raison des positions contraires défendues par les ultralibéraux et les nationalistes. Les mesures relatives à la révision de l’impôt foncier d’État et au renforcement de la compétitivité des PME, initialement prévues dans le plan économie 2025, devraient quant à elles être adoptées d’ici le mois de décembre parallèlement au projet de loi de finances pour 2017.

IDE. Selon l’Institut danois des statistiques (Danmarks Statistik), les investissements directs étrangers à destination du Danemark ont progressé pour la deuxième année consécutive, après plusieurs années de recul. Le stock d’IDE entrants est évalué à 683,9 Mds DKK (92,3 Mds€) en 2015 (+4,2% par rapport à 2014), soit 34,7% du PIB. Le premier investisseur étranger est la Suède, suivie par les Pays-Bas et le Luxembourg. Les investissements étrangers se concentrent principalement dans l’intermédiation financière (44,4% du total), suivie par le commerce, les transports, le secteur manufacturier, les services aux entreprises ainsi que l’immobilier. Le stock d’IDE français au Danemark s’élève à 3,5 Mds€ en 2015 (+26,7%). La France est le 9ème investisseur étranger au Danemark (+1 place par rapport à 2014). Le stock d’IDE danois en France est stable à 5,5 Mds€ (-0,2%) et se concentre dans l’industrie manufacturière (30,9% du total), principalement dans les secteurs agroalimentaire, pharmaceutique et les produits chimiques mais aussi dans les services aux entreprises et l’intermédiation financière.

Impôt. Le ministre des impôts Karsten Lauritzen a déclaré qu’il présenterait courant novembre un projet de loi visant à accroître les compétences des communes en matière de recouvrement de dettes. Cette initiative fait suite à l’accord conclu le 12 avril 2015 par le Ministère des impôts et l’Association des communes danoises (Kommunernes Landsforening). Le montant des arriérés d’impôts dus aux communes aurait crû de 500 MDKK (67 M€) en 2015 et serait aujourd’hui de 3,8 MdsDKK (509 M€).

Assurances. Selon la presse, le fonds de pension PKA s’apprêterait à élargir sa gamme de services aux travailleurs du secteur privé, en particulier les autoentrepreneurs et les employés des entreprises du secteur de la santé. PKA gère aujourd’hui l’épargne retraite de 275 000 travailleurs du secteur public, soit un portefeuille de 250 MdsDKK (33,5 Mds€).

Agroalimentaire.
Les exportations danoises de viande porcine à destination de la Chine connaissent une croissance record. Selon les prévisions du syndicat agricole danois L&F (Landbrug & Fødevarer), elles devraient atteindre 5 Mds DKK (675 M€) en 2016, en progression de 70% par rapport à 2015 (75 000 tonnes au S1 2016, trois fois plus qu’un an plus tôt). La Chine est en passe de devenir le deuxième débouché de la viande porcine danoise, derrière l’Allemagne et désormais devant le Royaume-Uni. L&F explique cette envolée des exportations danoises par une forte hausse de la demande et des difficultés de production en Chine.

Finlande

Lettre de la Commission européenne. La Commission européenne a envoyé une lettre au ministre des Finances dans laquelle elle demande des précisions sur le projet de plan budgétaire transmis par la Finlande. En effet, la Commission s’inquiète de l’évolution du déficit structurel pour 2017 et du niveau de la dette qui dépasse le seuil des 60%. Des éclaircissements sont demandés concernant le respect des critères permettant de bénéficier de flexibilités prévues par le Pacte de stabilité et de croissance au titre des réformes structurelles et des investissements cofinancés par l’UE. Le ministre des Finances a répondu à la Commission en faisant valoir les effets positifs à terme des restrictions budgétaires et des réformes et mesures engagées (réforme des retraites, pacte de compétitivité). Le Conseil de surveillance de la politique économique (Talouspolitiikan arviointineuvosto) a de son côté fortement relativisé les effets positifs sur l’emploi et la croissance du Pacte de compétitivité.

Remaniement ministériel. Mika Lintilä a été désigné par le bureau national et le groupe parlementaire du parti du Centre (Suomen Keskusta) pour succéder au ministre de l’Economie et de l’Emploi Olli Rehn, à partir du 1er janvier 2017. Celui-ci a été élu membre du Directoire de la Banque de Finlande, poste qu’il devrait occuper à partir du 1er février pour une durée de 5 ans.

Investissements directs étranger
. À la fin de l’année 2015, le stock des IDE entrants s’est élevé à 74,2 Mds€ en baisse de 2% par rapport à l’année précédente. Les IDE entrants proviennent essentiellement de la Suède (50% du stock), des Pays-Bas (18%) et du Danemark (6%). Le stock des IDE finlandais à l’étranger a quant à lui diminué de 11% en 2015 et atteint 85,4 Mds€. Les IDE sortants sont dirigés en premier lieu vers les services (38%) et l’industrie de la métallurgie (20%) ; les pays de l’Union européenne en sont les principaux destinataires (81%).

Chômage. Le taux de chômage est de 8,6% en septembre 2016 et le taux d’emploi atteint 68,8%. Malgré l’amélioration continue de la situation sur le marché de l’emploi (le taux de chômage était de 9,4% en 2015), le nombre de chômeurs de longue durée continue de s’accroître. D’après les dernières données du ministère de l’Économie et de l’Emploi, près de 35% des demandeurs d’emploi sont des chômeurs de longue durée (depuis plus d’un an).

Konecranes. Le fabricant de grues finlandais Konecranes a reçu une lettre d’intention de l’autorité portuaire de Virginie pour l’achat de 86 grues. Le montant de la commande s’élèverait à 200 M€, soit le montant le plus élevé pour une commande dans l’histoire de l’entreprise.

Islande

Élections législatives. Les élections législatives anticipées islandaises se sont tenues le samedi 29 octobre 2016. Les résultats définitifs s’écartent des prévisions issues des derniers sondages avec un résultat meilleur qu’attendu notamment pour le Parti de l’Indépendance, qui réalise 29% des suffrages et comptera 21 sièges au Parlement (sur 63). Il est suivi de la gauche Verte, avec 15,9 % des suffrages et 10 sièges. S’il atteint un niveau historique, le Parti Pirate réalise un score inférieur aux prévisions en se plaçant en troisième position, avec 14,5% des suffrages et 10 sièges également. Les négociations sont actuellement en cours afin de former le prochain gouvernement.

Norvège

Fonds souverain. Le Projet Loi de Finances 2017, présenté début octobre 2017 par la Ministre (Frp) des finances Siv Jensen, a provoqué un certain remous au sein du Parlement norvégien. En cause, un recours au fonds souverain pour alimenter les dépenses de l’État qualifié d’ « excessif » par l’opposition. Le prélèvement, record, est de 259,5 MdsNOK, quand le fonds devrait être abondé par les revenus pétroliers à hauteur de seulement 138,3 MdsNOK. Au total 121 MdsNOK devraient être ponctionnés en 2017. À ce rythme, la banque DNB Markets a calculé que les caisses du fonds seraient vides entre 2043 et 2053, en fonction des hypothèses retenues sur l’évolution des cours du pétrole.

Politique monétaire. La Banque de Norvège a confirmé le maintien de ses taux directeurs au niveau historiquement bas de 0,5%. D’après le gouverneur, Øystein Olsen, ils ne devraient pas évoluer pas au cours du trimestre.

TTIP. L’Institut Norvégien de recherche pour les affaires internationales (NUPI) a rendu le mercredi 2 novembre son rapport à la Ministre de l’économie Monica Mӕland. Ce rapport, commandé en février par le Ministère à NUPI en partenariat avec plusieurs institutions (Institut norvégien de recherche sur la bioéconomie NIBIO, faculté de droit d’Oslo, etc.) décline les différentes potentialités pour la Norvège si le TTIP devait être signé. D’après ses conclusions, l’économie norvégienne bénéficierait largement d’une intégration de la Norvège à l’accord, notamment via une hausse importante des échanges avec les États-Unis. Hors pétrole, les secteurs pour lesquels l’accord serait le plus profitable sont les services et l’industrie lourde. Plusieurs chercheurs ont néanmoins souligné le risque encouru par le secteur agricole en cas de traité incluant la Norvège.

Suède

Politique monétaire. La Riksbank a confirmé le 27 octobre le maintien de son principal taux directeur à -0,5%. Si le taux repo reste inchangé, la banque centrale a néanmoins annoncé avoir modifié sensiblement ses intentions pour les mois à venir : alors qu’elle avait précédemment indiqué que ses taux devraient commencer à être relevés progressivement à partir de la mi-2017 (voir QN n° 119), la remontée ne devrait finalement pas intervenir avant 2018, en raison d’un rythme plus lent qu’anticipé de progression de l’inflation vers la cible de 2% par an. La Riksbank a également annoncé qu’une nouvelle baisse de ses taux directeurs n’était pas à exclure désormais. Dans la foulée de ces annonces, la couronne suédoise s’est fortement dépréciée (cf brève ci-dessous). Le principal taux directeur de la Riksbank est en territoire négatif depuis février 2015.

Taux de change. La SEK s’est dépréciée de près de 8% par rapport à l’Euro depuis le début de l’année (de 9,19 SEK/€ au 1er janvier à 9,89 SEK/€ le 11 novembre) et le mouvement s’est accéléré depuis quelques semaines. Cette fragilisation de la devise suédoise, alors que la croissance du pays se situe aux alentours de 3% en rythme annuel depuis plusieurs années et que la balance des transactions courantes est largement excédentaire, s’explique surtout par la politique monétaire actuelle de la Riksbank.

Immigration. La fermeture des frontières depuis novembre 2015 et la mise en place de contrôles d’identité des arrivants produisent des effets importants sur le flux de demandes d’asile, tombé de 163 000 en 2015 à 29 000 cette année selon les dernières projections de l’Agence de la Migration (Migrationsverket). En valeur relative, la Suède a été le premier pays en termes de demandes d’asile accordées en 2015 (33 pour 10 000 habitants, contre 6 pour 10 000 en moyenne dans l’UE). La Suède compte aujourd’hui 1,6 million d’habitants nés à l’étranger (env. 16% de sa population), dont 50% sont d’origine européenne. Les populations les plus importantes parmi celles nées à l’étranger sont dans l’ordre les Finlandais, les Iraquiens et les Polonais. Enfin, la Commission européenne vient de donner son accord pour le prolongement de la fermeture temporaire des frontières suédoises, mais aussi de celles de l’Allemagne, de l’Autriche, du Danemark et de la Norvège. Le gouvernement suédois vient ainsi de prolonger les contrôles aux frontières jusqu’au 4 février 2017.

Ericsson. Leif Johansson, président du Conseil d’Administration d’Ericsson, a annoncé le 26 octobre 2016 la nomination de Börje Ekholm au poste de DG du groupe. En tant qu’ancien DG d’Investor (2005-2015), société d’investissement détenue par la famille Wallenberg, il siège actuellement au sein du Conseil d’Administration d’Ericsson et prendra ses nouvelles fonctions début 2017. Cette annonce intervient dans un contexte difficile pour le groupe après le départ d’Hans Vestberg du poste de DG fin juillet dernier, l’annonce récente d’un plan de suppression de 3 000 postes en Suède, essentiellement dans la production, et la publication de résultats décevants pour le troisième trimestre 2016 avec une baisse du chiffre d’affaires de 13% par rapport à la même période l’année dernière et une perte nette après impôts de 180 MSEK (soit environ 19,2 M€).

Automobile
. Selon la fédération suédoise de l’automobile, BilSweden, 303 000 véhicules ont été vendus au cours des 10 premiers mois de l’année 2016, soit une progression de plus de 8% par rapport à la même période en 2015, qui était déjà une année remarquable. Le classement des véhicules les plus vendus reste dominé par Volvo (pdm globale de 18,7%) devant VW (15,4%) et Kia (6,1%). Parmi les constructeurs français, la part de marché de Renault atteint 3,54% (9ème), 2,95% pour Peugeot (11ème), 1,34% pour Dacia (19ème) et 1,33% pour Citroën (20ème). Dans ce contexte de forte croissance, les marques françaises sont parvenues à augmenter leur part de marché globale de 8,8% à 9,2% sur la même période, en dépit d’une baisse des ventes de Citroën.

Tourisme. Selon le Ministère suédois de l’Économie, 165 000 personnes travaillent aujourd’hui dans le tourisme, secteur qui prend de l’importance compte-tenu de son impact sur le développement des PME. Les touristes étrangers, qui ne représentent que 10% de l’ensemble des touristes en Suède, ont dépensé au total environ 12 Mds€ en 2015, ce qui correspond à une progression de 6% par rapport à 2014 et de 177% par rapport à l’an 2000. L’agence semi-publique Visit Sweden, sous tutelle du Ministère de l’Économie, dispose d’un réseau international (13 pays) pour mener des campagnes sur l’attractivité touristique du pays. Parmi les pays dans lesquels l’agence dispose d’une filiale se trouvent les autres pays nordiques (Finlande, Danemark et Norvège), l’Espagne, le Royaume-Uni, l’Allemagne et les États-Unis. L’agence dispose également de bureaux de représentation en France, en Italie, aux Pays-Bas, en Russie et en Chine. L’Inde est un cas à part qui fait l’objet d’une campagne orchestrée directement via le Scandinavian Tourist Board à New Delhi.

Copyright
Tous droits de reproduction réservés, sauf autorisation expresse du Service Économique (adresser les demandes à
pierre-alexandre.miquel@dgtresor.gouv.fr).

Clause de non-responsabilité
Le Service Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication. Directeur de la publication : Pierre-Alexandre Miquel (Chef du SER)
Revu par : Romain Saudrais (Conseiller financier)
Service Economique Régional (SER) de Stockholm
Ambassade de France en Suède
Adresse : Storgatan 11 // 114 44 Stockholm

Avec les contributions des Services Economiques de Copenhague (C. Bauduin, R. Fournier, M. Lallemand), Helsinki (N. Mouy, A. Stevenson), Oslo (E. Gabla, A. Labaune), de l’Ambassade de France en Islande (H. Soalhat) et du Service Economique Régional de Stockholm (F. Lemaitre, J. Grosjean, T. Charrier, R. Saudrais).

Dernière modification : 17/11/2016

Haut de page