La Quinzaine nordique n°101

La Quinzaine nordique est réalisée par le Service économique régional deux fois par mois. Elle rassemble des brèves économiques et financières sur les cinq pays nordiques.

Pays nordiques

PNGPaiements électroniques. Selon le rapport World Payments 2015, publié par Capgemini et la banque RBS, sur l’évolution des paiements par carte ou en ligne dans le monde, ce seraient les finlandais qui auraient le plus recours à ces modes de paiement devant les américains et les néerlandais. Les danois se situent au 5ème rang et les suédois au 7ème rang. Le rapport fait un lien entre la rigueur de l’hiver en Finlande et le dynamisme du commerce en ligne.

Transport aérien.
Selon Eurostat, les aéroports nordiques connaissent une croissance plus rapide que le reste de l’UE, avec une progression du nombre de passagers de plus de +7 % en moyenne en 2014, contre 4,4 % pour l’ensemble des aéroports de l’UE. Derrière les trois grands aéroports européens que sont London/Heathrow (73,4 M de passagers), Paris/CDG (63,6 M) et Frankfurt/Main (59,4 M), Copenhague/Kastrup arrive au 11ème rang (25,5 M), juste derrière Orly, Stockholm/Arlanda (22,4 M) au 14ème rang et Helsinki/Vantaa (15,9 M) au 23ème rang.

Management. Dans le classement, réalisé par la Harvard Business Review, des 100 « meilleurs » P-DG en 2015, sur la base à la fois des résultats financiers (80% de la pondération) et, cette année également, des performances environnementales, sociales et de gouvernance (20% de la pondération), Lars Rebien Sorensen du groupe pharmaceutique danois Novo Nordisk arrive en 1ère place. Jon Fredrik Baksaas de l’opérateur de téléphonie Telenor, occupe pour sa part le 7ème rang tandis que les Michael Wolf de la banque suédoise Swedbank, Lars Renström du spécialiste suédois des échanges thermiques et de la séparation et transfert de fluides Alfa Laval, et Johan Mohlin du serrurier suédois Assa Abloy occupent respectivement les 9ème, 48ème et 52ème rangs. 11 dirigeants français figurent aussi sur cette liste (Air Liquide, Valeo, Danone, Renault, l’Oréal, Bouygues, Publicis, Gemalto…).

Danemark

Carlsberg. Annoncé le 12 octobre, le rachat de SAB Miller par AB Inbev, les deux plus grands brasseurs mondiaux, fragilise le groupe danois Carlsberg, qui occupe aujourd’hui la 4ème place mondiale avec 6,1 % de parts de marché. Carlsberg affiche une rentabilité faible en comparaison de ses concurrents – d’où le plan d’économies lancé récemment afin de réduire les coûts – alors que la situation du marché russe, où le groupe est numéro 1 avec une part de marché de 40 %, pèse sur ses résultats ; Carlsberg a récemment fermé deux usines en Russie en raison d’une baisse des ventes marquée depuis 2008. Dans ce contexte où l’action Carlsberg a perdu presque 20 % de sa valeur depuis le mois de mai, la presse danoise juge peu probable que le groupe puisse profiter des éventuelles cessions de marques que les autorités anti-monopole pourraient éventuellement exiger de SAB Miller et AB Inbev. Carlsberg, qui a changé de directeur au mois de juin, doit présenter une nouvelle stratégie au cours du premier semestre 2016.

Rapport d’automne du Conseil des Sages. Le Conseil des Sages anticipe un déficit public de 3,2 % du PIB en 2015 et 2016, malgré des prévisions de croissance légèrement plus optimistes que celles du gouvernement (1,6 % en 2015, contre 1,5 % ; 2,1 % en 2016, contre 1,9 %). Pour autant, même si ses prévisions budgétaires s’avéraient exactes, le Conseil des Sages ne croit pas à l’éventualité du lancement par la Commission européenne d’une procédure pour déficit excessif, d’une part parce que le déficit repasserait automatiquement sous la barre des 3 % dès 2017 et d’autre part parce que le solde structurel serait légèrement positif en 2015 et 2016.

Fiscalité. Les recettes fiscales de l’État danois ont fortement progressé en 2014 (+8,6 %) et représentent désormais plus de 130 milliards d’euros d’après les dernières données du Bureau Danois des Statistiques. Les recettes tirées de l’impôt sur le revenu représentent 55 % du total des recettes, suivies par la TVA (19 %), les dividendes perçus sur les plans d’épargne-retraite (5,5 %) et l’impôt sur les sociétés (5,3 %). La forte augmentation des recettes fiscales constatée entre 2013 et 2014 s’explique principalement par l’explosion (+272 %) de celles liées aux dividendes perçus sur les plans d’épargne-retraite (à relier avec la remise à plat du dispositif de retraite par sortie en capital, qui génère des recettes exceptionnelles au cours de la période 2013-2015) et de la progression notable (+7,8 %) des recettes provenant de l’impôt sur le revenu.

Taxation des véhicules électriques. Un large accord politique réunissant les libéraux, les nationalistes, les sociaux-démocrates et les sociaux-libéraux a été trouvé le 9 octobre sur la taxation des véhicules électriques. Cet accord prévoit une disparition progressive, sur une période de 5 ans (d’ici 2020), de l’exemption à la taxe sur l’immatriculation dont bénéficiaient jusqu’ici les voitures électriques. Une différenciation entre taxation sur les voitures électriques de luxe et les autres serait par ailleurs opérée.

Finlande

Transport. Le ministère des transports et des communications a annoncé son intention de publier au printemps prochain des propositions pour une ouverture à la concurrence du transport ferroviaire de passagers. L’opérateur national public, VR, bénéficie actuellement d’un monopole jusqu’en 2024, mais ce contrat pourrait être dénoncé avant son terme. La ministre finlandaise des transports, Anne Berner, a déclaré que seule une mise en concurrence permettrait de s’assurer que le service est obtenu au meilleur rapport qualité-prix. L’ouverture à la concurrence concernerait dans un premier temps les lignes fermées pour cause de faible rentabilité. La société britannique Onnibus, qui propose un service de transport par bus longue distance, et se positionne dans la perspective d’une ouverture du marché ferroviaire en Finlande, a trouvé l’annonce « comique ». Sur le marché du fret, ouvert à la concurrence depuis 2007, seul l’opérateur privé Fennia Rail a réussi à s’implanter. Il a obtenu une licence en mars dernier et devrait ouvrir un service avec trois locomotives achetées auprès de CZ Loko.

UEM. Un groupe de travail dirigé par Antti Suvanto de la banque de Finlande, a rendu un rapport sur l’avenir de l’Union Economique et Monétaire au ministre des Finances au début du mois d’octobre. Le groupe envisage deux alternatives pour le développement de l’UEM. La première option considère une Union avec une direction renforcée et un accroissement des responsabilités communes. La seconde alternative imagine une UEM où chaque État-membre a une plus grande responsabilité de ses politiques économiques. Le groupe de travail ne se prononce pas sur la solution que la Finlande devrait promouvoir.

Jeux électroniques. Selon Statistique Finlande, le chiffre d’affaires des services liés aux technologies de l’information a augmenté de 15 % passant de 6,8 Mds € en 2013 à 7,8 Mds € en 2014. Cette variation s’explique par la forte croissance du chiffre d’affaires dans l’édition des jeux électroniques qui a plus que triplé pour atteindre 2,6 Mds € en 2014. L’industrie du jeu représentait ainsi plus de 30 % du chiffre d’affaires des services de technologie de l’information en 2014, contre 10 % en 2013.

Télécoms. Le déploiement d’un câble sous-marin de fibre optique de 1200 km reliant la Finlande à l’Allemagne a débuté. La société Cinia (précédemment Corenet) - détenue à 75 % par l’État finlandais et 25 % par la banque OP-Pohjola et le fond de pension Ilmarinen - a investi 100 M € dans le projet. Alcatel-Lucent est en charge de la construction et de l’installation du câble. La connexion sera opérationnelle au printemps de l’année 2016 et doit permettre d’accompagner la croissance des échanges de données et de renforcer l’attractivité du pays dans le secteur des data centers.

Islande

Visite présidentielle. Le Président de la République se rendra vendredi 16 octobre 2015 en Islande, à l’invitation de M. Ólafur Ragnar Grimsson, Président de la République d’Islande. À quelques semaines de la COP21, François Hollande prononcera un discours devant la Conférence du Cercle Arctique. Le Président sera accompagné par Ségolène Royal, Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie et son envoyé spécial pour la protection de la planète Nicolas Hulot, ainsi que de l’ambassadeur de France chargé de la négociation internationale pour les pôles arctique et antarctique, Michel Rocard.

FMI. L’Islande a entièrement remboursé l’emprunt du Fonds monétaire international (FMI) contracté lors de la crise financière de 2008, en avance sur l’échéancier. Le FMI a en effet annoncé dans un communiqué avoir reçu 332 M USD correspondant aux paiements devant être remboursés par l’Islande au plus tard en août 2016.

Norvège

Telenor. L’opérateur norvégien de télécoms Telenor a annoncé le 5 octobre 2015 la vente de ses parts dans la société russe Vimpelcom. Le retrait de cette participation estimée à 2,3 Mds USD intervient dans un contexte de tensions avec l’actionnaire majoritaire russe Mikhaïl Fridman, et de soupçons de corruption en Ouzbékistan, pour lesquels la compagnie russe est actuellement poursuivie aux États-Unis et aux Pays-Bas. Bien que l’entreprise russe ait vu sa valeur baisser de 72 % en bourse ces 5 dernières années, le directeur général de Telenor M. Brekke a été rassurant quant à la rentabilité in fine de l’investissement initial. Telenor souhaite recentrer son activité sur ses marchés principaux (Asie, Scandinavie, Europe centrale et orientale).

Budget 2016. Le gouvernement a présenté le 7 octobre son projet de budget pour 2016. Il est basé sur une hypothèse de croissance de 1,2 % et un baril se maintenant au cours actuel. Le projet de budget inscrit un déficit hors pétrole de 207 Mds NOK, quasi intégralement financés par les 204 Mds NOK de revenus courants de l’exploitation pétrolière. Les 3,7 Mds NOK restant seront prélevés sur les 209 Mds NOK d’intérêts que le Fonds dégagera en 2016. Le capital ne sera donc pas sollicité et le Fonds souverain sera alimenté à hauteur de 205,9 Mds NOK. La croissance nominale des dépenses sera de 3,6 % (4,5 % hors pétrole) à 1 245 Mds NOK (135 Mds €). Les priorités vont aux prestations sociales (36 %) et à la santé (15 %), mais aussi aux transports et à l’éducation. Le gouvernement propose de réduire de 27 à 25% le taux d’impôt sur les sociétés, ainsi que l’impôt sur le revenu.

Schneider Electric Norway. L’entreprise Schneider Electric a annoncé avoir remporté deux contrats représentant plus de 11 M € pour l’exploitation du champ Johan Sverdrup. Ces contrats font de Schneider Electric le principal fournisseur de solutions électriques pour l’alimentation énergétique des lieux de vie et du forage de Johan Sverdrup. Par ces contrats, Schneider Electric accèsde à l’un des plus importants champs d’extraction de Norvège, où sont notamment présentes Aker Solutions et Aibel.

Climat. Le bureau central des statistiques (Statistisk sentralbyrå – SSB) observe que la consommation énergétique des ménages a baissé de 4 % en 2014, pour la 1ère fois depuis la crise de 2009. Cette baisse serait liée à la hausse des températures enregistrée en 2014, de 2,2 degrés supérieure à la température moyenne des dernières années.

Suède

PIB. Depuis un mois, plusieurs prévisionistes ont revu à la hausse leurs perspectives de croissance de la Suède pour 2015, dont le Ministère des Finances (de 2,6% à 2,8%), le FMI (de 2,7 à 2,8%) et les banques Nordea (de 3,1 à 3,4%) et SEB (de 3% à 3,2%). La croissance attendue pour 2016 se situe au même niveau qu’en 2015, à savoir aux alentours de 3%.

Agroalimentaire. Les exportations nettes de produits agroalimentaires suédois sont en baisse alors qu’elles ont augmenté de 7 % par an en moyenne (hors commerce de transit de poissons norvégiens) depuis 1998. Durant le premier semestre 2015, elles ont augmenté de 2,5 % seulement. Selon la fédération suédoise des industries agroalimentaires, la compétitivité de l’offre suédoise pâtirait actuellement de la hausse du coût de la main d’œuvre, qui serait bien plus élevée en Suède au cours des dernières années que dans ses principaux pays concurrents.

TeliaSonera.
La compagnie de télécommunication détenue à 37,3 % par l’État, souhaiterait se retirer des marchés de 7 pays d’Europe de l’est et d’Asie centrale : la Moldavie, le Népal, le Kazakhstan, l’Ouzbékistan, l’Azerbaïdjan, la Géorgie et le Tadjikistan. La presse suédoise rapporte que, bien que ces marchés soient caractérisés par de forts niveaux de croissance et de rentabilité, TeliaSonera feraient face à des difficultés liées à des affaires présumées de corruption (qui pourrait la conduire à devoir régler une lourde amende à l’Administration américaine) mais aussi concernant le rapatriement de ses recettes depuis ces pays. Aujourd’hui, la compagnie souhaiterait concentrer son activité sur des marchés plus matures.

Volvo. La presse suédoise juge que le groupe Volvo pourrait prochainement se séparer de son activité de production de véhicules de construction (VCE), en donnant trois raisons principales :

  1. Tout d’abord, le nouveau DG du groupe, Martin Lundstedt, vient du monde des poids lourds et a été nommé pour augmenter la rentabilité de cette activité du groupe ;
  2. Le président du Conseil d’administration, Carl-Henric Svanberg, a par ailleurs mené de nombreux « spin-offs » couronnés de succès durant sa carrière, notamment lorsqu’il était CEO de Assa Abloy ;
  3. Pour finir, il existe un fort potentiel de croissance pour l’activité VCE qui serait d’autant plus valorisé si cette activité devenait une entreprise indépendante et cotée en bourse. La presse fait également état d’un risque financier au niveau de la branche construction en Chine, où le groupe aurait mis à disposition 650 millions d’euros en garanties de prêts pour des équipements de construction.

LGV. La Présidente de la Commission parlementaire des transports, Karin Svensson-Smith (Verts) a présenté ses excuses le 30 septembre, pour avoir induit en erreur le public en affirmant qu’il y avait eu une offre de la part de China Railway Construction pour construire les futures lignes à grande vitesse en Suède devant relier Stockholm à Göteborg et Malmö (voir QN 98 du 14 septembre 2015). Il semblerait en effet que le document envoyé par la compagnie chinoise ne soit qu’une lettre d’intérêt. Le 1er octobre, le journal Dagens Industri a par ailleurs révélé que la Présidente aurait reçu un collier de perle comme cadeau de la part des représentants du Parti Communiste au sein de l’Assemblée nationale populaire chinoise. Cette information a été confirmée par Mattias Revelius, membre de la Commission parlementaire des transports.

Decemberöverenskommelsen (DÖ). Lors de leur congrès du 9 octobre 2015, le parti des chrétiens démocrates a décidé de se retirer de l’accord politique de décembre 2014 (Decemberöverenskommelsen), ce qui a entrainé sa suspension par l’ensemble de l’Alliance. Pour mémoire, l’accord politique de décembre 2014 (voir QN n°85 du 16 janvier 2015) avait été conclu dans un contexte de crise politique et devait garantir à un gouvernement minoritaire de pouvoir faire adopter son projet de budget au Riksdag. La presse estime que le budget présenté par le Gouvernement pour l’année 2016 devrait obtenir le plus grand nombre de voix au Parlement. Cependant, Anna Kinberg Batra, Présidente des Modérés à la tête de la coalition, a d’ores et déjà annoncé que des modifications seraient apportées au budget au cours des passages en commissions parlementaires.

Avec les contributions des Services Economiques de Copenhague (Jasmine Crozier, Michel Lallemand, Philippe Martinez), Helsinki (Nadine Mouy, Alexis Stevenson), Oslo (Christian Fatras), et du Service Economique Régional de Stockholm (Thomas Charrier, Frédéric Lemaitre, Olivier Redoulès).

Dernière modification : 19/01/2016

Haut de page