Défense : rapprochement franco-danois [da]

L’affirmation politique de la pertinence d’un lien fort

La France et le Danemark ont un intérêt réciproque à renforcer, approfondir et diversifier leur coopération bilatérale de défense. Ce message important émane des ministres français et danois de la défense Jean-Yves Le Drian et Nicolai Wammen. Il a pris la forme d’une Lettre d’intention (Letter of Intent), signée conjointement le 18 juin 2014 à Paris.

Des visions stratégiques convergentes

« Partageant des valeurs et des intérêts communs, ainsi qu’une compréhension commune du contexte de sécurité internationale de défense » et « déterminés à assumer leurs responsabilités (…), y compris par le déploiement à l’étranger de leurs forces armées si nécessaire », nos deux pays sont logiquement prêts à renforcer leurs liens, par des initiatives diverses, visant à mieux faire face ensemble aux défis et enjeux nouveaux du monde moderne qui nous interpellent avec la même urgence.

Ceux-ci sont de nature opérationnelle, mais aussi capacitaire et stratégique. Sur le plan des convergences stratégiques, la lettre d’intention appelle logiquement à un renforcement du dialogue, des échanges et du partage des visions et analyses, tant au niveau des autorités qu’entre les chercheurs des centres de recherche spécialisés (think tanks).

Des défis opérationnels et capacitaires comparables

Ayant été engagées conjointement ces dernières années, de manière particulièrement intégrée, sur plusieurs théâtres d’opérations extérieures (notamment au Kosovo, en Libye et au Mali), les forces armées danoises et françaises savent déjà avec quelle rapidité, professionnalisme et efficacité, nos unités terrestres, aériennes et navales sont capables de travailler ensemble.
Nos deux pays souhaitent anticiper de possibles déploiements expéditionnaires futurs et déclarent leur intention de s’y préparer ensemble.

Les retours d’expérience, y compris dans le domaine des capacités et des équipements, ainsi que les enjeux de rapprochement de nos industries de défense font également partie des échanges dont l’intensification est encouragée.

Un encouragement d’initiatives de rapprochement à tous niveaux.

Cette lettre constitue une opportunité à saisir pour tous ceux qui, au sein de la défense danoise ou des armées françaises, souhaitent promouvoir des champs possibles de coopérations nouvelles. En quelque sorte, c’est désormais l’imagination au pouvoir !...
Certaines pistes concrètes sont déjà évoquées dans la lettre d’intention, notamment des échanges sur l’Arctique et l’Afrique. Mais de nombreuses autres propositions devraient voir le jour, selon une démarche également pragmatique.

Des arrangements complémentaires pourront être envisagés afin d’alléger les contraintes bureaucratiques qui font parfois obstacle à une coopération réellement étroite ou au renouvellement régulier d’activités bilatérales entre partenaires choisis.

Les retrouvailles de deux vieux Pays alliés

La date et le lieu de la cérémonie de signature imposent un détour par l’Histoire. En effet, l’événement a eu lieu dans le bureau qu’occupait le général de Gaulle à l’Hôtel de Brienne (actuel ministère de la défense) à son retour de Londres après la Libération en 1944, et même sur son propre bureau, précieusement conservé.

Quelques semaines seulement après la participation de M. Wammen, aux côtés de la Reine Margrethe II, aux cérémonies du débarquement du 6 juin 1944 en Normandie, où le Danemark était pour la première fois officiellement invité parmi les Alliés ayant participé à la Libération de la France, le choix de ce lieu prend une dimension symbolique particulièrement forte. M. Wammen a lui-même qualifié l’endroit de « very inspirational ».

Le 18 juin est aussi une date qui convoque le souvenir du général de Gaulle, puisque c’est celle de son fameux appel à la résistance, lancé depuis la BBC à Londres dès 1940.

La coopération de défense entre nos deux vieux pays est, d’une manière plus générale, fortement ancrée dans l’histoire.

Sans se livrer ici à une anthologie complète de nos relations militaires, qu’un collectif d’historiens danois s’apprête d’ailleurs à publier, il n’est pas anodin de rappeler que la France et le Danemark sont parmi les très rares Etats européens à ne jamais s’être déclarés la guerre. Bien au contraire, à de multiples périodes clés de l’histoire de nos pays et des grandes alliances européennes, nos armées se sont déjà mutuellement renforcées.

  • Lettre d’Intention en français
    PDF - 3 Mo

Dernière modification : 04/07/2014

Haut de page