Consignes particulières pour certains types de crise

CATASTROPHE NATURELLE

Le Danemark, en particulier Copenhague, n’est pas une région particulièrement exposée aux catastrophes naturelles. Les risques sismiques sont quasiment nuls et seules de violentes tempêtes (neige, pluie, grêle, etc.) peuvent constituer une menace pour le pays.

En cas de catastrophe naturelle, le premier réflexe est de demeurer à l’abri chez soi tant que son logement n’est pas directement menacé, jusqu’à instruction contraire. Dans ce cas également, la communauté française doit suivre les conseils des autorités danoises.

Les chaînes publiques de radio et de télévision danoises sont ainsi chargé de donner les conseils à suivre et le comportement à adopter.

Pour se tenir informer, le site internet du centre danois de météorologie (en danois et en anglais), qui donne des informations en temps réel, peut être également consulté.

- Avant la tempête : prendre quelques précautions

  • Avoir chez soi un éclairage de secours, fonctionnant même en cas de coupure de courant électrique, ainsi qu’un poste de radio fonctionnant à piles.
  • Vérifier la solidité de son habitation : gouttières, fenêtres, tôles, etc.
  • Elaguer les plantations autour de son habitation.

- Pendant la tempête :

  • Fermer et attacher les volets.
  • Ne pas se tenir à proximité des vitres ou des vasistas.
  • Débrancher les appareils électriques.
  • Ne pas chercher à sortir pour consolider les protections des fenêtres ou toitures.
  • Ne pas toucher aux câbles tombés à terre.

INCIDENT NUCLEAIRE, INDUSTRIEL OU CHIMIQUE

Un plan de réaction à un accident de nature nucléaire, industriel ou chimique est prévu par les autorités danoises. La communauté française doit naturellement respecter les consignes qu’il contient.

Une cellule d’urgence est mise en place par les autorités danoises, dirigée par le ministre de l’intérieur, en collaboration avec le Beredskabsstyrelsen (agence danoise de gestion des situations de crise) le site internet en danois et en anglais , les communes, la police et éventuellement l’armée.

- Avant la crise : précautions à prendre

  • Avoir en permanence chez soi de quoi confiner son logis : bandes adhésives, tissus pour calfeutrer les portes, fenêtres et bouches d’aération
  • Lampes électriques, nourriture saine, eau (la nourriture et l’eau laissées à l’air libre ne doivent pas être consommées en cas de radiation car il existe des risques de contamination)
  • Un poste de radio ou de télévision

- En cas de crise :

  • Un premier signal sonore annonce le début de l’alerte lors de la détection de rayonnements radioactifs. La sirène émet à intervalles réguliers, le son augmentant rapidement et diminuant lentement. Le signal durerait 45 secondes. Cette sirène, testée le premier mercredi de chaque mois de mai, indique aux habitants qu’ils doivent se confiner chez eux ou dans l’espace clos le plus proche.En cas d’alarme, il faut impérativement se mettre à l’abri dans un espace clos et le plus étanche possible aux radiations. L’intérieur d’un véhicule n’est pas une bonne protection.
  • A l’intérieur, fermer les portes, les fenêtres et les bouches d’aération et couper la ventilation et le chauffage. Etre attentif aux signaux extérieurs ainsi qu’au comportement des personnes qui se trouvent autour de soi.
  • Allumer la radio (et éventuellement la télévision) et se brancher sur les fréquences de Danmarks Radio. Les instructions nécessaires sont alors diffusées (programme P1, P2 , et P3 sur la bande FM).
  • En cas d’émissions radioactives importantes, ne pas toucher aux objets, aux véhicules, à l’eau, et s’il pleut, laisser à l’extérieur ce qui a été mouillé.
  • Dans certains cas, la population de zones particulièrement menacée peut être évacuée. L’annonce en est alors faite par la radio ou au moyen de sirènes installées sur des voitures de police.

- Après la crise :

  • La fin de l’alarme est annoncée par la sirène, qui émettrait un son continu pendant 45 secondes. Vous pouvez alors sortir et reprendre votre activité normale, sauf en cas d’instructions contraires.
  • Si le doute existe, ne pas toucher aux objets, aux aliments ou à l’eau qui ont pu être contaminés. Ne pas consommer les fruits et légumes cueillis dans la zone contaminée, ainsi que le lait collecté dans cette région.

RISQUE BIOLOGIQUE

Les agents biologiques peuvent être disséminés par voie aérienne (aérosol, pulvérisateur), par voie orale (contamination des réserves alimentaires et de l’eau), par contact dermique (la peau) ou injection. Ils peuvent emprunter 3 formes : les agents viraux (la variole, les fièvres hémorragiques, etc.), les toxines biologiques (le botulisme, le ricin, les mycotoxines trichothécéniques, etc.) et les agents bactériens (la peste, la fièvre Q, la salmonelle, le choléra, la maladie du charbon, etc.).

Pour toutes ces maladies, les précautions à prendre, les symptômes et les traitements sont différents. Des consignes spécifiques sont donc données via internet ou par téléphone, lors de chaque crise.

Dernière modification : 20/02/2015

Haut de page