Attentats de Paris - Discours officiels

Le président François Hollande s’est exprimé à la suite des attaques à Paris.

Communiqué de l’Elysée

Le Conseil des ministres, convoqué par le Président de la République, s’est réuni le 14 novembre à 00h. Sur le rapport du Premier ministre, du ministre de l’Intérieur et de la Garde des sceaux, ministre de la justice, un décret déclarant l’Etat d’urgence a été adopté. Il prend effet immédiatement sur l’ensemble du territoire métropolitain et en Corse. Il permet notamment d’interdire la circulation des personnes et d’instituer des zones de protection et de sécurité.

Un second décret a également été adopté pour mettre en œuvre des mesures renforcées dans l’ensemble des communes d’Ile-de-France. Ces dispositions permettent l’assignation à résidence de toute personne dont l’activité est dangereuse, la fermeture provisoire des salles de spectacles et des lieux de réunion, la remise des armes et la possibilité de procéder à des perquisitions administratives.

Par ailleurs, le Président de la République a décidé le rétablissement immédiat des contrôles aux frontières. Les services des douanes sont également mobilisés à cet effet.

Les écoles, lycées et établissements scolaires et universitaires seront fermés ce samedi en Ile-de-France et les voyages scolaires annulés.

Les hôpitaux ont été mobilisés. Le plan blanc a été déclenché.

La cellule d’aide aux victimes des ministères des affaires étrangères, de la justice et de la santé, en lien avec la Préfecture de police, a été activée.

Un conseil de défense a été convoqué ce samedi à 9h. D’ores et déjà 1500 militaires supplémentaires ont été mobilisés.

Le Président de la République restera à Paris et ne participera pas au G20. Il sera représenté par le ministre des affaires étrangères et du développement international et par le ministre des finances et des comptes publics.

Déclaration de Laurent Fabius (Vienne)

Q - Que pouvez-vous nous dire sur cette terrible attaque ?

R- Moi je suis ici à Vienne et c’est d’autant plus important d’être ici qu’il faut que tous ceux qui luttent contre le terrorisme international se rassemblent. C’est l’un des objets principaux de notre rencontre d’aujourd’hui puis qu’avec avec tous les pays qui sont là, notre objet c’est comment peut-on lutter plus efficacement contre Daech en Syrie et en Irak avec les conséquences bien sûr que ça a dans le monde entier. Donc il fallait que je sois là. Le président m’a demandé de venir et évidement je suis en liaison permanente avec à la fois le conseil de défense qui se tient ce matin et avec ce qui se fait en France même, et puis j’ai donné des instructions pour que dans l’ensemble de nos postes diplomatiques et de nos institutions dans le monde entier la sécurité soit renforcée.

Q- Le président américain Barack Obama a proposé son aide à la France. Est-ce-que la France pourrait demander de l’aide à un pays étranger ? Quelle forme ça pourrait prendre ?

R- Il y a une solidarité considérable qui s’exprime à travers le monde. J’ai reçu des dizaines et des dizaines de messages de soutien de la part des gouvernement étrangers, pas seulement les Américains bien sûr, mais l’ensemble des gouvernements. Mais le gouvernement français est bien sûr à sa tâche, des mesures sont prises, et puis il faut développer encore la coordination dans la lutte contre le terrorisme, dans la lutte internationale contre le terrorisme, puisque c’est un mouvement international et c’est la raison pour laquelle la réunion d’aujourd’hui est nécessaire.

Q- Le président Rohani annule sa venue en France. Est-ce-que la COP 21 est menacée ?

R- Non, non, non, non, non, la COP21 doit se tenir. Elle se tiendra avec des mesures de sécurité renforcées mais c’est une action absolument indispensable contre le dérèglement climatique et bien évidement elle se tiendra.

Q - inaudible

Et l’un des objets de la réunion d’aujourd’hui à Vienne, c’est précisément de voir concrètement comment nous pouvons accentuer encore la coordination internationale dans la lutte contre Deach. Et, évidemment, c’est à mettre en relation avec tout ce qui se passe dans le monde. Donc, il était important que je sois ici. J’ai réuni un certain nombre de participants, je vais maintenant me rendre à la réunion plénière, et je reviendrai dans après-midi à Paris et demain je remplacerai le président de la République, qui évidemment doit rester en France, je le remplacerai pour la participation de la France au G20 en Turquie.

L’action internationale de la France continue et elle est assurée.

Déclaration à la suite des attaques à Paris

Les forces de sécurité ont été une fois encore appelées à intervenir dans des conditions extrêmement difficiles et les terroristes qui s’étaient installés notamment dans un lieu tout près d’ici, ont été tués.

Je veux aussi dire notre admiration à l’égard de tous ces services - médecins, pompiers, protection civile - qui se sont dévoués tout au long de la nuit pour venir en aide. Il y a de nombreux blessés, des blessés graves, des blessés choqués, choqués par ce qu’ils ont vu.

Alors nous voulions être là, parmi tous ceux qui ont vu ces choses atroces pour dire que nous allons mener le combat, il sera impitoyable, parce que quand les terroristes sont capables de faire de telles atrocités, ils doivent être certains qu’il y aura en face d’eux une France déterminée, une France unie, une France rassemblée et une France qui ne se laissera pas impressionner, même si aujourd’hui, elle exprime une émotion infinie à l’égard de ce drame et de cette tragédie qui est une abomination, parce que c’est une barbarie.

Merci.

Dernière modification : 18/11/2015

Haut de page